Edito

Pourquoi Bello a déjà perdu les élections

J.B. / 9 septembre 2015

En n’obtenant pas l’investiture de Paris, Bello subit un premier échec avant de commencer. En excluant le PCR et le Progrès, elle les a rapprochés, ce qui constitue son deuxième échec.

En effet, qui faut-il remercier, Bello ou Annette ? La Fédération Socialiste avait invité tous les dirigeants de la gauche à son Congrès. Ils étaient tous venus, en particulier, le PCR, le Progrès, le PRG. Tous plaidaient l’union à gauche pour contre carrer l’union de la droite autour de Didier Robert. À la télé, les intervenants croyaient que c’était possible. Il appartenait au PS de prendre les dispositions nécessaires et faire des propositions concrètes.

Le PCR a eu une rencontre qui avait débouché sur un groupe de travail afin d’élaborer un programme commun. À ce stade, la liste n’avait pas été évoquée… jusqu’au jour où l’opinion apprend que Bello a pris la tête des socialistes. La réunion de travail avec le PCR n’a jamais été convoquée. Dimanche 6 septembre, nous apprenons que les socialistes du Progrès n’ont pas été mieux lotis. Extrait de discours de Lebreton.

Pour Annette : « Mes amis il faut dire la vérité… celui qui s’est octroyé le titre de premier des socialistes pour rassembler la gauche n’a pas cru bon de nous contacter. Pas un appel. Pas un courrier. Pas un mail. Pas un texto. Pas un smiley. Même pas un message sur Facebook. Pas de signaux de fumée. Pas de pigeon voyageur. Pas de colombe de la paix… rien. Le mépris ».

Pour Bello : « il faut dire la vérité. Comment expliquer que l’on devait travailler au rassemblement des forces de gauche… comment expliquer que celle qui prétendait rassembler ait cru bon d’attaquer, et je dirais même d’agresser, un maire socialiste… l’un des nôtres ! Sur les difficultés des commerçants du centre ville. » Il s’agit de Jean-Claude Fruteau attaqué sur une page Facebook de Bello. Ce sont-là des faits incontestés.

Pourquoi ont-ils agi de cette façon, personnelle, réductrice, sectaire ?… qui les installe comme diviseurs impénitents ? Mais comme la gauche a horreur du vide, la place a été vite comblée par l’union PCR-Progrès. Dans une ouverture démocratique imprévue, ce rapprochement place Bello sur la défensive, avant la défaite totale.


Kanalreunion.com