Edito

Pourquoi Didier Robert s’est-il déclaré candidat maintenant ?

J.B. / 6 mai 2015

Didier Robert a annoncé sa candidature aux prochaines régionales. Ce que tout le monde savait déjà, a pris une autre dimension dans le contexte de la visite de Mme la Commissaire européenne. Il a instrumentalisé son déplacement pour faire comprendre qu’il doit être reconduit à la tête de la Région. Manifestement, la simultanéité des événements interroge l’état d’esprit de l’individu.

Mme Cretu est en quelque sorte sommée de dire qu’il travaille bien. Espérons qu’elle ne va pas s’abaisser à ce niveau lamentable de préoccupation. Qu’avait-il d’urgent à médiatiser cette annonce ? La manœuvre est grossière, car le Président de Région n’a même pas invité les élus de l’opposition aux différentes étapes de cette visite. Didier Robert a fait de son jeune âge un label de qualité, mais le monde le découvre comme un conservateur bourré de sectarisme. L’Alliance a dénoncé ces faits graves pour la démocratie. Les médias en ont fait peu de cas.

À regarder de près, on peut constater dans cette précipitation médiatique un manque de confiance en soi. En ce sens, il ressemble en tous points à Huguette Bello, quand elle vivait ses derniers jours de Maire. Elle se croyait plutôt sur un nuage.

En effet, faites appel à votre mémoire. La Maire de Saint Paul s’était octroyée une séquence médiatique avec sourires, discours et petits fours à volonté pour poser la première pierre du nouvel hôpital de Saint-Paul, en présence de Mme Touraine, ministre de la Santé. Qu’y avait-il d’urgent ? Rien. Habituellement, la pose de la première pierre correspond au lancement des travaux. Or, le dossier n’est pas bouclé et le permis de construire n’est toujours pas réglé. Seulement, Huguette Bello avait besoin de cette opération pour se rassurer. Elle avait instrumentalisé la Ministre qui a bien accepté de jouer le jeu, en complicité avec les médias qui avaient tout gobé sans le moindre discernement. Par exemple, Bello aime bien jouer la vertueuse. Eh bien, cette opération aurait dû être intégrée à son compte de campagne et conduire à une sanction automatique. Tout comme l’opération actuelle de Didier Robert. La comparaison va jusqu’au sondage qui place Robert et Bello parmi les plus côtés. Vous savez tous que la favorite Bello, coqueluche des médias, a fini par perdre, entraînant dans son sillage la crédibilité des sondeurs.

Conclusion, il y a bien la politique virtuelle qui exalte la vantardise de l’élu-e et la politique réelle qui ne sous estime pas le poids des réalités. À la fin, ce sont les réalités qui s’imposent. Peut être que le locataire actuel de la pyramide inversée en a pris conscience, et qu’il est pris de panique…


Kanalreunion.com