Edito

Pourquoi Huguette Bello a-t-elle déjà perdu ?

J.B. / 8 septembre 2015

La candidature de Bello agit en trompe l’œil. Son meeting du Port rappelle celui qu’elle avait tenu lors de la création du PLR. En façade c’était clinquant. Tout s’était effondré en peu de temps. Voici 5 leçons qui tempèrent l’euphorie ambiante. La première concerne l’absence d’investiture PS de Paris. Pourtant, cette liste est portée par la Fédération socialiste.

Erika Bareigts a été interrogée sur ce sujet. Elle répond qu’il s’agit de « la cuisine interne socialiste ». Pourtant elle siège au bureau national du Parti Socialiste. Elle représente tout l’Outre-mer. C’est un poste éminemment important. Cette réponse est drôle.

Si cette information est maintenue, cela veut dire qu’à Paris, ils ont compris que Bello a instrumentalisé les socialistes pour tenter d’en tirer un profit électoral personnel. Annette Gilbert tente une ultime manœuvre en saluant en ces termes l’initiative du PCR de faire l’union avec le Progrès : « ce sont des progressistes », dit-il.

À ces mots d’apparence aimable, il continue à servir Bello qui a exigé - et obtenu - qu’il rompit la discussion avec le PCR. Cette instrumentalisation de la Fédération socialiste a été ressentie comme une erreur, voire une capitulation. Probablement qu’à Paris, ils n’ont pas voulu se faire piéger par le bling-bling de Bello et se laisser entraîner dans une défaite. Du reste, les résultats de la doyenne des Députés aux dernières Municipales et Départementales ne plaident pas en sa faveur.

En n’obtenant pas l’investiture de Paris, Bello subit un premier échec avant de commencer.

(Demain, la leçon 2)


Kanalreunion.com