Edito

Pourquoi ne pas prendre 5 euros par mois aux plus riches ?

J.B. / 27 juillet 2017

JPEG - 13.7 ko

Telle est la question posée par Pierre Madec, économiste à l’Office français de coopération économique (OFCE) dans une interview publiée hier par « Alternatives économiques » :

« Le gouvernement essaye de se raccrocher à des éléments de langage. En réalité, il fallait trouver de l’argent rapidement et le choix qui a été fait est de réduire les aides à la personne. Cela fait vingt ans que ces dernières sont des variables d’ajustement budgétaires. Est-ce que le gouvernement oserait tenir ce discours s’il annonçait une baisse du revenu de solidarité active (RSA) ? J’en doute.

Selon la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), en 2012, 3 bénéficiaires des APL sur 4 comptent parmi les 30 % des ménages les pauvres. C’est la prestation sociale pour laquelle la redistribution verticale est la plus élevée, autrement dit, qui contribue le plus à la réduction des inégalités. Cinq euros en moins pour ces ménages, c’est déjà beaucoup. Pourquoi ne pas plutôt prendre cinq euros aux 6 millions de ménages les plus aisés ? »

En effet, la politique de ce gouvernement illustre le dicton selon lequel « on ne prête qu’aux riches ». La Réunion a connu récemment une application très concrète de cela. La semaine dernière, un milliardaire amateur de volcans a ancré son yacht à quelques encablures de la route du littoral. Plutôt que de débarquer pour aller regarder l’éruption en utilisant les moyens disponibles pour la population, il voulait se déplacer avec un hélicoptère de son palace flottant. Mais pour cela, il est nécessaire d’avoir une autorisation de l’administration, car cela signifie que son bateau devient alors une héli-surface Habituellement, l’instruction de ce type d’autorisation prend un certain délai, compte-tenu des précautions à prendre en matière de sécurité publique. Il s’avère que selon la presse du 21 juillet, il faut habituellement compter des semaines voire des mois. Or, pour ce milliardaire, l’autorisation a été instruite en un temps record, et a été donnée le lendemain de la demande.

Certains peuvent se vanter de soi-disant retombées positives pour l’économie réunionnaise de la venue du yacht de ce milliardaire au large de La Réunion. Cela reste à démontrer : les collectivités ont-elle perçus une redevance pour le stationnement de ce yacht au large ? L’hélicoptère du milliardaire a-t-il payé une taxe pour survoler La Réunion ? Combien d’emploi la venue d’un des 10 plus grands yacht du monde ont été créé ?

Cela révèle surtout la différence de traitement qui existe entre riches et pauvres. En choisissant de baisser l’impôt de solidarité due par ceux qui ont profité du système français pour devenir ou rester ultra-riches, et en diminuant une allocation qui contribue le plus à la réduction des inégalités, le gouvernement a choisi son camp. Ce n’est pas celui de la population.

J.B.


Kanalreunion.com