Edito

Pression sur le personnel et répression syndicale au Port

J.B. / 20 juin 2016

Vendredi dernier, Le Port est revenu plus de 45 ans en arrière. Confronté à un préavis de grève, le maire de cette commune a utilisé les vieilles méthodes de la droite pour étouffer la contestation : convocation du personnel à un meeting du maire, discours menacant du maire réglant ses comptes avec les syndicats, procédure disciplinaire contre deux syndicalistes. Il faut également rappeler que le meeting s’est déroulé un vendredi après-midi, soit pendant les heures de travail. Les contribuables seront sans doute heureux d’apprendre qu’une partie de leurs impôts a donc servi à cette opération, car pendant ce temps les services rendus par ces agents n’étaient pas assurés. À ces faits déjà très graves s’ajoute une syndicaliste poussée à la démission par son syndicat parce qu’elle avait apposé le logo de la CGTR sur un projet de tract reprenant les revendications des grévistes.

On aurait pu croire que de tels faits étaient condamnés à appartenir à un passé lointain. C’était des méthodes utilisées par la droite pour combattre le Parti communiste réunionnais en faisant régner la terreur. Malheureusement, nous sommes en 2016, et cela s’est produit, dans la commune dirigée par le PLR, le parti de Huguette Bello. Cette organisation et cette députée se disent pourtant de gauche et revendiquent même le leadership de cette gauche…

Ces méthodes ressemblent à celles utilisées par le gouvernement dit de gauche pour faire taire le mouvement social. Il utilise la répression pour faire passer son projet de loi Travail. Il cherche à diviser le mouvement syndical en s’appuyant sur des organisations qui laissent faire. Cette convergence n’est pas étonnante. À Paris, Huguette Bello a refusé de voter la motion de censure qui était destinée à faire chuter le gouvernement, ce qui aurait entraîné l’arrêt de la loi Travail.

Les législatives approchent, et c’est la panique du côté de PLR. Pour essayer de conserver son député, le parti de Bello veut faire réduire par la force tout nid de contestation. Il continue de trahir ouvertement les travailleurs.

J.B.


Kanalreunion.com