Edito

Priorité au profit d’intérêts particuliers

LB / 15 avril 2010

Pendant sa campagne électorale des régionales, Didier Robert n’a cessé de se présenter comme le candidat du « changement » et, lors de son élection à la présidence de la Région le 26 mars dernier, il a prononcé ce mot au moins une demi douzaine de fois dans son discours introductif. Il s’est même présenté comme porteur d’« une vraie révolution (…) au service de La Réunion, toujours et avant tout ».
On a déjà commencé à voir le fossé qu’il y entre ces proclamations démagogiques du député et dirigeant de l’UMP, dont le gouvernement applique la politique, et les effets négatifs de cette politique sur la vie quotidienne des Réunionnais. Un autre exemple de ce fossé nous est donné par l’annonce d’une nouvelle hausse des prix des carburants ce vendredi.

En effet, comment l’État peut-il prendre une telle décision au détriment de la population réunionnaise, alors que la majorité d’entre elle se trouve déjà sous le seuil national de la pauvreté et souffre de plus en plus du chômage, de la précarité et d’un pouvoir d’achat en baisse ? Or l’on sait que la hausse des carburants frappe non seulement les automobilistes mais se répercute aussi sur tous les secteurs de la vie sociale. Et cela au profit des compagnies pétrolières, qui vont à nouveau augmenter leurs bénéfices.

On se souvient comment l’an dernier les manifestations populaires avec le COSPAR ont abouti à des baisses des prix sur les carburants et sur les produits de première nécessité. Mais les derniers chiffres de l’INSEE montrent que l’inflation est repartie à la hausse depuis que l’ancien préfet a de nouveau augmenté les prix des carburants en septembre.
C’est cela le « changement » et la « révolution » promis par Didier Robert ? En pleine crise, un État républicain ne peut pas à ce point sacrifier l’intérêt général des Réunionnais et accorder la priorité au profit d’intérêts particuliers.

L. B.


Kanalreunion.com