Edito

Prix à la pompe : les contribuables vont payer pour les pétroliers

Geoffroy Géraud-Legros / 5 avril 2011

Les prix des hydrocarbures sont un scandale, dont continuent de profiter allégrement les compagnies pétrolières. Celles-ci, on le sait, importent à La Réunion des hydrocarbures achetés à Singapour dans des conditions opaques… et les revendent sans plus de transparence sur un marché réunionnais soumis, de facto, à un monopole. Ledit monopole, il faut bien dire les choses comme elles sont, s’en met plein les poches sur le dos des Réunionnais. Diverses estimations font en effet apparaître que les marges des pétroliers sont, dans notre île, près de trois fois supérieures à celles que dégagent leurs homologues dans l’Hexagone. Ce juteux business s’opère avec le concours de l’État : une collaboration décrite en termes on ne peut plus clairs par un rapport officiel paru sous l’ère Maccioni, selon lequel « les pétroliers présentent un prix au Préfet, qui s’exécute ».
Aujourd’hui, le gonflement continu du prix du pétrole porte les coûts à la pompe à un niveau record, au plus grand bénéfice des vendeurs d’hydrocarbures. Ce n’est pourtant pas à ces derniers que la Région, sollicitée par les professionnels, demande de faire un effort envers les consommateurs : en débloquant deux millions d’euros d’argent régional, Didier Robert a pris la décision de financer l’aide aux métiers de la route par les deniers publics, plutôt que de demander aux compagnies pétrolières de prendre sur leurs marges vertigineuses. Une fois de plus, pourrait-on dire, tant le recours aux deniers publics visant à favoriser les opérateurs privés ou à faciliter de désengagement de l’État fait figure de ligne constante pour le président de la Région. Il en est allé ainsi de la continuité territoriale, que la direction actuelle de la Région fait financer tambour battant par les contribuables réunionnais, alors qu’elle devrait être financée par la solidarité nationale.
Comme à l’accoutumée, cette nouvelle mesure favorable aux gros intérêts et contraire à l’intérêt public s’accompagne d’une vaste campagne de communication : les Réunionnais sont ainsi bruyamment invités à applaudir un exécutif régional qui va prendre dans leurs propres poches l’argent qu’il pourrait fort bien exiger d’opérateurs qui ne cessent de se gaver sur leur dos. À grands coups de déclarations et de pubs, cette mesure qui ajoute l’extorsion publique au rançonnement privé est présentée sous le jour de la réactivité et de l’implication. Cerise sur le gâteau, ce travail de propagande s’achève par un vibrant appel à la solidarité de l’État… mais pas tout de suite. Car si la com’ de la Région nous annonce la création d’on ne sait quel fonds alimenté par l’État et la SRPP (défense de rire), pour l’instant, c’est nous qui payons.

G.G.-L.


Kanalreunion.com