Edito

Quand l’ego des Américains va prendre un sacré coup

J.B. / 28 octobre 2014

Le 24 octobre 2014 sera un jour marqué d’une pierre blanche dans le progrès technologique chinois et la capacité de ses cadres de conquérir des marchés sur le sol américain. En effet, un accord de partenariat a été signé entre une entreprise de Chine et la ville de Boston pour installer des métros modernes et rentables.

Cette importante ville américaine voulait changer ses vieilles rames de métro de couleur orange de 32 ans d’âge et des rouges de 44 ans. Les autorités ont organisé un appel d’offres. Plusieurs soumissionnaires se sont présentés. La ville a choisi le moins disant.
C’est une coentreprise chinoise qui a remporté le marché de 567 millions de dollars. L’objectif est de fournir 284 voitures de métro de la ville de Boston.

Un accord a été trouvé afin de réaliser les véhicules sur place en investissant dans une usine qui coûtera 60 millions de dollars. Les installations d’une superficie de 14 000 mètres carrés permettra de revitaliser une zone industrielle de 16 hectares et de fournir 60% des composants. À terme 250 emplois seront prévus. Les premiers engins seront livrés en 2018.

Ce qui donne un caractère exceptionnel à l’affaire, c’est que la Chine n’est plus seulement un sous-traitant. Sa maîtrise technologique lui a permis, par cette première opération, de s’attaquer à d’autres marchés américains plus importants. Par exemple, cette entreprise serait également en lice pour fournir du matériel roulant pour un projet de chemin de fer d’une valeur de 68 milliards de dollars en Californie qui reliera San Francisco à Los Angeles, en moins de 3 heures. L’ensemble du projet devrait s’achever vers 2029.

Un tel événement remet en cause la supériorité et la vantardise américaines.


Kanalreunion.com