Edito

Quand la vérité éclate à propos des exonérations de cotisations sociales

J.B. / 11 avril 2014

Il y a des moments comme actuellement où je prend plaisir à rappeler certaines vérités à des députés habitués à faire l’aller et retour en classe affaire qu’ils oublient de défendre les Réunionnais. La vérité a éclaté. Dommage que le bouillant Lurel n’est plus là.

Tenez : l’annonce faite par le Premier ministre de consacrer des sommes considérables aux diverses exonérations au profit des entreprises. Il parle à coup de dizaines de milliards : des propos qui n’ont aucune réalité pour la majorité des citoyens. Par contre, il a annoncé que les smicards disposeront d’un gain de 500 euros annuels, soient 42 euros mensuels. Ça, c’est plus compréhensible.

Or, l’année dernière, ministre et députés nous ont gonflé avec leurs propos sur l’impossibilité du gouvernement de faire le moindre geste pour exonérer les 50 euros de la prime COSPAR. Durant plus de 3 ans, c’était possible. Issu de l’ancien gouvernement, Lurel avait bien prétexté des difficultés financières de la France pour justifier la suppression des 50 euros. Cette décision est venue aggraver la fin du RSTA quelque mois auparavant. Au total, un travailleur percevant moins de 1,4 SMIC a perdu, depuis le 1er janvier 2014, 150 euros par mois en moyenne, soit un montant de 1800 euros annuels. Les travailleurs sont capables de mesurer la perte de salaire mais aussi le mensonge déversé à longueur d’antenne : communication oblige.

Après, ils viendront la main sur le coeur parler de solidarité avec les travailleurs ! Foutaise ! Pas plus tard que la semaine dernière, une Députée a témoigné de toute son incapacité aux travailleurs de la SIB dont l’usine a fini par être fermée, jetant à la rue la totalité des salariés. A la fin les travailleurs se demandent si ça vaut vraiment le coup d’avoir ce genre de présence inefficace.

 J.B. 


Kanalreunion.com