Edito

Quand les Réunionnais traitent le mépris colonial par l’indifférence

J.B. / 22 octobre 2013

Les médias, comme à l’accoutumée, ont largement couvert les visites officielles. Cette fois le ministre des Outre-mer avait rejoint sa protégée Mme Ledoux, la très contestée ambassadrice de la coopération régionale dans l’océan Indien. A la fin, les 2 personnes ont exprimé leur impression de voyage en terre réunionnaise. Sourire en coin, elles ont déclaré avoir été bien reçues et, cerise sur le gâteau, constaté l’absence de manifestations à leur encontre. Faut-il qu’elles soient si mal dans leur peau pour déclamer pareilles impressions ?

En effet, il n’y a plus rien à montrer et démontrer. Tout a été dit depuis bien longtemps par les communistes réunionnais et les réalités quotidiennes illustrent grandement la fin du régime de l’intégration. Plus rien ne fonctionne normalement. Toutes les catégories sociales sont touchées, les jeunes mais également les planteurs et les entreprises. C’est le moment choisi par les représentants du gouvernement pour provoquer : ils voulaient se mesurer à des manifestations et en sont déçus. Quelle vanité !

Voilà qui jette un éclairage sur leur ignorance de la psychologie des Réunionnais. La prochaine fois, les Réunionnais sauront les attentes des officiels, en période de pré-campagne électorale. Tous ceux qui pensaient que le ministre était venu pour redresser la situation sociale catastrophique seront quittes pour leur pomme. Le ministre était venu pour lancer la campagne de Annette à Sainte-Marie et celle de Vlody au Tampon. Il faut remonter dans le passé pour voir pareille scène.

Dans ces conditions, les Réunionnais ont raison de traiter le mépris colonial par l’indifférence.

J.B.


Kanalreunion.com