Edito

Que fait le Conseil régional devant la pénurie d’emplois ?

J.B. / 10 janvier 2012

Les fêtes sont terminées. Généralement, les consommateurs ont épuisé leurs économies. Beaucoup ont même emprunté. Commence alors la période de remboursement du crédit. Les mensualités s’ajoutent aux paiements des dépenses régulières. Si la pénurie de l’emploi persiste, les revenus des ménages ne vont pas s’améliorer. Et sans recette nouvelle, le surendettement menace. Le clientélisme électoral trouve dans cette situation un terreau de contagion.

Or, l’économie réunionnaise est en récession depuis 3 ans. On a du mal à croire que c’est le Conseil régional qui possède la compétence en matière de « coordination économique ». Que fait cette institution ? Aucun signe de redressement n’est visible en interne. On ne peut même pas compter sur les facteurs extérieurs qui influencent habituellement son économie de manière positive : ils sont mauvais.

Au lieu de consacrer ses moyens pour structurer durablement la production de nouveaux revenus, le Conseil régional s’est lancé dans la consommation budgétaire. Il utilise le matelas de trésorerie laissé par l’équipe de Paul Vergès pour distribuer aux communes, payer des compétences qui relèvent de l’État et faire la fête. Il ne lui suffit pas de distribuer généreusement l’argent qui ne lui appartient pas. Il fait de la propagande à grand renfort de publicités.

La Chambre régionale des Comptes, qui contrôle l’utilisation des deniers publics, ne fait rien alors que cela saute aux yeux du premier venu que ces interventions intempestives de la Région dans les télés, radios, journaux et festivités ne relèvent absolument pas du besoin d’information raisonnable. “Témoignages” a publié récemment des photos montrant comment Didier Robert avait disposé son poster sur la grille du Conservatoire régional de la rue de Paris.

En ce début d’année électorale, la tendance à la politique de clientélisme va accentuer le besoin de promotion personnelle de l’élu. Le moment est venu de dénoncer ce faux semblant qui mine notre société et fait croire aux illusions qu’un contrat de quelques mois est une réponse à la pénurie d’emploi.

J. B.


Kanalreunion.com