Edito

« Que faut-il faire ? »

LB / 28 septembre 2009

Mercredi dernier, Paul Vergès a fait au Conseil régional une conférence de presse qui revêt une très grande importance, en raison du contexte de crise qui frappe de nombreux Réunionnais et de l’ampleur des problèmes à résoudre d’urgence pour éviter que cette situation continue de s’aggraver. (voir "Témoignages" du jeudi 24 septembre en pages 4 et 5) Malheureusement, la plupart des médias "officiels" n’ont pas donné à cet événement la mesure qu’il méritait et n’en ont pas informé les Réunionnais comme ils y avaient droit.
Résultat : certains responsables politiques sont comme perdus face à tous ces défis à relever. Et l’on en a par exemple une illustration à travers cette question posée par une élue dionysienne dans un journal samedi dernier : « Que faut-il faire ? »

La question porte sur l’augmentation des embouteillages à l’entrée Ouest du chef-lieu et dans la ville de Saint-Denis en général mais elle pourrait également concerner l’ensemble des problèmes de La Réunion. Car la direction du parti de cette élue apporte peu de réponses à ce sujet.
Or, que ce soit la politique des déplacements et la politique globale à mettre en œuvre pour un développement humain et durable de La Réunion, Paul Vergès et ses amis n’ont pas manqué de faire des propositions dans ce sens depuis des décennies. Et qu’en ont fait des dirigeants locaux et parisiens du PS ainsi que leurs alliés ultra-conservateurs, sinon les combattre ou les ignorer ?

Que de temps a été perdu et que de dégâts ont été commis au détriment des Réunionnais, par exemple dans le domaine des déplacements, depuis plus d’un demi siècle où le pouvoir a supprimé le chemin de fer, occupé son emplacement et imposé sa politique du tout-automobile ? Pourquoi ne pas avoir mis en place la politique multimodale des déplacements proposée par le PCR dans son "Plan de Survie" en 1975 et pourquoi freiner aujourd’hui la réalisation du tram-train ?
Pour tous les autres problèmes, Paul Vergès a souligné l’importance et l’urgence de nous unir en tant que Réunionnais autour d’un projet commun, comme le document adopté par la Région, le Département et déjà plusieurs communes pour les États-Généraux de l’Outre-Mer. Y a-t-il quelque chose de plus important à faire ?

L. B.


Kanalreunion.com