Edito

Que feront nos parlementaires ? Voter ou résister, il faudra bien choisir !

J.B. / 6 septembre 2011

Les nouvelles qui nous viennent des États-Unis ne sont pas bonnes du tout : le chômage progresse. Si le premier marché mondial se contracte, où ira-t-on chercher les points de croissance nécessaire pour assurer le redressement budgétaire des pays européens, dont la France ?
L’Union européenne, justement, est en difficulté, 3 semaines après le fameux sommet Sarkozy-Merkel qui avait pour objectif de calmer les marchés financiers, en montrant que la gouvernance de l’Europe est en de bonnes mains. La Finlande a déjà annoncé son refus de suivre les recommandations des 2 protagonistes. La bourse a réagi négativement et les valeurs des entreprises du Cac40 se sont effondrées, hier. Ce sommet médiatique n’a pas arrangé les affaires électorales de Merkel : son parti a été battu dimanche.
Ce n’est pas mieux du côté de la présidence française où le parti présidentiel, l’UMP, a tenté de sauver la face de l’unité. Peine perdue ! Raffarin a tiré le premier, Sarkozy a accusé le coup. En critiquant ouvertement l’augmentation de la TVA dans "les parcs à thèmes", il a miné le programme de financement du déficit. Car, il faudra bien trouver 90 millions supplémentaires. Ce faisant, l’ancien premier ministre a décomplexé les autres ténors. Patrick Devedgian, ancien secrétaire général de l’UMP, a carrément critiqué « une politique qui constitue un système de rustine » ainsi que « l’absence de projet politique » de son parti. Chacun rigole encore de l’unité de façade affichée par Copé et Fillon.
Ces évènements interviennent dans un contexte d’aggravation des difficultés pour toutes les couches sociales et en plein débat parlementaire sur les 15 milliards à trouver. La question est : qui va payer la note ? Les riches ou les pauvres ? Jamais les députés et sénateurs de La Réunion ne seront autant sous les feux des projecteurs pour vérifier ce qu’ils vont faire : voter ou résister, il faudra bien choisir !

J.B.


Kanalreunion.com