Edito

Que nous cache-t-il encore Didier Robert ?

J.B. / 10 décembre 2011

Nous avons vu avec quel empressement Didier Robert est allé signer à Paris un emprunt d’un demi-milliard d’euros, en cette période de crise de l’endettement. Si le coût valait la chandelle, il aurait fait un tapage médiatique tonitruant pour se vanter de faire la « politique autrement ». Tout laisse à penser qu’il a été obligé d’engager cette initiative malgré lui.

La caution silencieuse de Fillon est un facteur éclairant. En effet, voilà un gouvernement qui ne cesse de dénoncer les Collectivités qui aggravent l’endettement public de la France et qui laisse faire un de ses amis UMP lancer un emprunt obligataire sur 40 ans ! Est-ce que Fillon aurait autorisé la CDC de signer un tel montant si cela n’était avantageux pour l’État et sa banque publique ? Dit autrement, quel profit en tire-t-il ?

“Témoignages” a avancé l’hypothèse d’un refus de Fillon d’honorer la part de l’État prévue aux accords de Matignon2. Prenant prétexte des 2 plans d’austérité et des économies à réaliser, il serait dans la logique de sa déclaration sur le gel des dotations de l’État aux Collectivités. D’autre part, la CDC ayant été appelée par le gouvernement à combler les déficits des banques en difficulté, notamment après l’effondrement de la banque franco-belge, DEXIA, a un besoin d’actifs conséquents.

En effet, Didier Robert a annoncé que 400 millions sur 500 seront consacrés à la route du littoral pour payer différents intervenants. Or, la Région a retenu la société Egis pour conduire les opérations sur cette route. Le lendemain de la signature de l’emprunt, et à 6 mois de l’élection présidentielle, cette entreprise inaugure sa permanence. L’enchainement des évènements interpelle quand on sait que Egis est une filiale de la banque CDC, c’est ce qu’indique le “JIR” dans son édition de mercredi.

Ainsi, tout laisse apparaître une opération de connivence qui implique François Fillon, Didier Robert, la CDC et Egis. Le pire c’est que tout cela se fait ouvertement. Et, on s’attend à ce que les Réunionnais acceptent de payer durant 40 ans sans jamais demander la transparence sur l’utilisation ces deniers publics. Que nous cache-t-il encore, Didier Robert ?

J. B.


Kanalreunion.com