Edito

Que Sainte-Suzanne retrouve rapidement son maire, Maurice Gironcel !

J.B. / 26 janvier 2012

Dans un courrier de lecteur de ce lundi, Aimé Lebon questionne : « le PCR est-il mort » ? L’auteur tente des circonvolutions pour finir par répondre « en gros » : lé pas encore bien mort.

Régulièrement, des personnes plus ou moins intéressées par le sujet s’interrogent sur l’existence du PCR ou sur son devenir. Mais, peut-on sérieusement traiter ce genre de question et réponse, en quelques lignes, dans un courrier de lecteur ou même dans un article fut-il le plus documenté et synthétique ? La plupart du temps, on est sidéré devant le peu de considération que les auteurs des courriers ou de propos médiatiques ont envers eux-mêmes, tant ils se vautrent dans la fange pour tenter de salir le PCR.

Le peuplement de La Réunion a commencé en 1663. L’année prochaine, le peuple Réunionnais aura 350 ans d’âge. Sur cette période, le Parti Communiste Réunionnais occupe à lui seul un demi siècle. Rares sont les partis politiques qui ont eu une telle influence sur les évènements qui ont marqué l’histoire de leur peuple. Le PCR couvre un septième de cette frise historique.

Il faudrait des journées entières d’études et conférences pour disséquer une telle imprégnation. Les efforts du PCR pour l’analyse de l’avenir du monde ne laissent personne indifférent. Ses positions critiques et indépendantes vis-à-vis des schémas de pensée et des pratiques conservatrices lui ont donné l’assurance d’un parti vivant et dynamique.
Cela gêne tellement ses détracteurs qu’ils en sont même arrivés à épiloguer sur la disparition prochaine de ses dirigeants de premier plan ! Sans s’en rendre compte qu’à chaque fois, ils nous replacent au centre de l’actualité ou de leurs préoccupations.

Tenez le jour où Aimé Lebon parle du PCR, Henri Dalbos conclut ses propos sur la linguistique en faisant référence au PCR, le Club de la presse consacre l’essentiel de son débat au PCR, Élie Hoarau parle du PCR et de ses principes aux Matinales. Quant au "JIR", il organise notre destruction en parlant de nous tout le temps.

Dès lors, il est difficile de suivre Aimé Lebon quand il déclare que le PCR ne fait plus l’Histoire alors qu’au même moment, à Sainte-Suzanne, des élections municipales partielles auront lieu, sur initiative du PCR, en application du principe de solidarité et du respect de la parole donnée envers un camarade injustement frappé !

On a envie de conclure : que Sainte-Suzanne retrouve rapidement son maire, Maurice Gironcel !

J.B.


Kanalreunion.com