Edito

Quel avenir pour les nouveaux bacheliers ?

J.B. / 6 juillet 2016

Les premiers résultats du bac viennent de tomber. Cet événement permet à La Réunion d’avoir une visibilité dans la presse parisienne. En effet, une jeune Tamponnaise a réussi à obtenir une note de 20,78, c’est un record. À l’heure de ces premiers résultats, félicitations aux 8.356 jeunes Réunionnais qui ont donc d’ores et déjà obtenu leur diplôme à l’issue du premier groupe d’épreuves, et tous nos encouragements à tous ceux qui tenteront de réussir en passant par les oraux de rattrapage les 7 et 8 juillet.

L’annonce de ce taux de réussite en progrès a eu lieu le jour où le Premier ministre a évoqué l’utilisation de l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter sans débat ni vote une loi censée moderniser le dialogue social et qui prévoit de profondes modifications dans le Code du Travail. Ce projet est à l’origine d’un mouvement social qui dure depuis près de quatre mois. En effet, le texte du gouvernement contient des mesures qui font reculer les droits des travailleurs et les ramènent plusieurs décennies en arrière. Il sera ainsi plus facile de licencier en cas de difficultés passagères. Les pouvoirs du juge en matière de licenciement abusif seront limités, du fait notamment de la création d’un barême indicatif concernant les indemnités de licenciement. La primauté de l’accord d’entrprise sur la convention collective mettra en confrontation directe le salairié et son patron, alors que l’avantage de ce dernier est écrasant du fait d’un taux de chômage de près de 30 % à La Réunion.

Cela signifie que les jeunes qui vont entrer dans la vie active seront une génération qui aura des droits qui auront régressé par rapport à leurs aînés. C’est pour protester contre cette précarité à vie que les jeunes ont investi les manifestations contre la loi Travail. Ce sont eux qui sont à chaque fois en tête des manifestations.

Les réussites au bac ne doivent pas faire oublier que plus de la moitié des jeunes qui sortent de l’école sont au chômage à La Réunion. Les bacheliers de 2016 sont de futurs travailleurs. Seront-ils une génération sacrifiée sur l’autel du profit ?

J.B.


Kanalreunion.com