Edito

Quelle suite judiciaire après le braconnage de roches à La Possession ?

J.B. / 21 novembre 2014

Une filière de braconnage de roche a été découverte à La Possession. Des personnes ont été prises en flagrant délit. Qu’attendent le parquet et le préfet pour engager les enquêtes et les poursuites ? Le destinataire final étant la Région, son président sera-t-il poursuivi pour recel ?

Les faits sont clairs. La presse a largement donné la parole aux différents protagonistes. Il a été mis à jour un véritable réseau de personnes qui prélevaient des roches sans autorisation pour vendre au chantier de la route en mer. L’affaire vaut des millions. Le produit acquis illégalement a été vendu à la Région. Or, la comptabilité publique est très stricte. Elle paye sur présentation de factures reconnues sincères, c’est à dire conforme aux droits. Par exemple, le Payeur Régional ne peut pas payer des travaux entachés d’irrégularités.

Sur le littoral, des simples pêcheurs de capucins qui exerçaient par tradition ont été attrapés, les biens saisis, et condamnés aux amendes. Des braconniers de tangues qui agissent en dehors des règles publiques font l’objet de poursuite. Vous pouvez imaginer ce qu’il adviendrait à un restaurateur qui ferait l’acquisition de poissons, tangues ou palmistes prélevés illégalement dans la nature ? Le Président de Région est le chef du chantier qui achète les galets, comment peut-il continuer à défendre ce réseau illégal ? Qui peut croire qu’il ignorait la provenance de ces roches ?

Dès lors la question évidente qui se pose c’est l’attitude du procureur : va-t-il défendre le droit républicain et poursuivre tous les protagonistes ? Le comptable public ne devrait-il pas demander la restitution des fonds versés pour un produit non sincère ? Que fait le Président de Région quand l’intérêt public se heurte aux intérêts privés ? Un braconnage est un braconnage, quel que soit l’objet du braconnage. Le Préfet à tort de ne pas faire appliquer les principes et les valeurs de la République.

En 2008, plusieurs maires ont été déférés au parquet et mis en examen pour des stations d’épuration hors normes. Il n’y avait de délit contrevenant aux droits. Dans l’affaire des roches prélevées illégalement, le délit est constitué ; les acteurs sont connus ; alors, Didier Robert, président de Région sera-t-il poursuivi pour recel ?


Kanalreunion.com