Edito

Question à 33 milliards

J.B. / 3 juillet 2012

C’est un nouveau coup de tonnerre qui vient de tomber : la Cour des comptes vient d’annoncer que le gouvernement pourrait être amené à rechercher 33 milliards d’euros supplémentaires pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés.

Un des engagements du nouveau président de la République, c’est en effet de réduire le déficit public. Pour cela, il a fixé dans son programme l’échéance de 2013 pour faire revenir cette valeur en dessous de la limite de 3% de la richesse nationale produite.
Afin de connaître précisément les marges de manœuvre dont il dispose pour mener sa politique tout en tenant compte de l’engagement du président de la République, le gouvernement a demandé à la Cour des comptes de faire un audit des finances publiques. Les conclusions du rapport donnent un aperçu de la réalité de la crise en France.

Tout d’abord, les prévisions de croissance sont revues à la baisse. La Cour des comptes estime qu’il faudra compter sur 0,4% pour 2012. La conséquence immédiate sera une baisse des recettes comprise entre 5 et 10 milliards d’euros. Pour 2013, le gouvernement avait misé sur une croissance économique de 1,7% en France. La Cour des comptes juge plus réaliste une hausse de 1%. Ce décalage entrainera un manque à gagner de 33 milliards d’euros si le gouvernement veut respecter l’engagement du président de la République. Et si jamais la situation était la même en 2013 qu’au premier trimestre 2012, c’est-à-dire une croissance nulle, alors ce serait 44 milliards d’euros qu’il faudrait rechercher.
Dans une telle situation, il n’y a pas de miracle, deux leviers existent : l’augmentation des impôts et la baisse des dépenses publiques.

C’est donc dans ce contexte que le Premier ministre va faire devant l’Assemblée sa déclaration de politique générale. La Cour des comptes vient de donner un cadre à l’action du gouvernement, ceci aura forcément des répercussions à La Réunion. Et elles seront d’autant plus grandes que notre île repose sur un modèle basé sur des transferts publics venus de France.
C’est bien là que se situe la nécessité du changement, pour ne pas que La Réunion fasse partie de la réponse à une question à 33 milliards.

J.B.


Kanalreunion.com