Edito

Qui sont les responsables de cette situation ?

J.B. / 28 février 2012

Après les émeutes de ces derniers jours, après les arrestations et l’emprisonnement de nos jeunes, la question qui se pose est : qui sont les responsables de cette situation aussi catastrophique ?

Il y a d’abord le gouvernement qui implique l’Etat. Mais, il n’est pas le seul responsable. Le président du Conseil régional porte aussi une très lourde responsabilité.

Le gouvernement et l’Etat sont les responsables premiers d’une situation économique et sociale dégradée, qui a conduit à l’exaspération de la population réunionnaise. Le Conseil régional possède les compétences en matière de coordination de la politique économique. Cela est prévu par la loi.
Aussi, l’Etat et la majorité des élus régionaux ont montré leur incapacité à anticiper les évènements et à apporter des solutions concrètes. Toutes leurs manipulations et leurs atermoiements ont fini par faire descendre les Réunionnais dans les rues.

Concernant l’Etat, la décision du Préfet de faire baisser les prix d’une liste de 40 produits de première nécessité est une insulte à la population réunionnaise. En effet, en 2009, l’accord COSPAR prévoyait déjà une baisse sur 250 produits qui sont identifiés dans les rayons par un étiquetage spécial. C’est là le résultat des luttes sociales de 2009.

Si le préfet persiste dans sa volonté de garder sa liste de 40 produits, cela voudrait dire que le représentant de l’Etat à La Réunion fait des cadeaux à la grande distribution sur plus de 200 produits. Ce serait un coup de couteau dans le dos des Réunionnais et un coup de pied dans l’un des accords de 2009.

Après les Etats-généraux de l’Outre-mer, faisant suite aux manifestations de 2009, le CIOM devait faire des propositions pour élargir la liste des produits pouvant faire une diminution de prix. Le compte-rendu du CIOM à l’Elysée prévoyait aussi le renforcement du contrôle des prix par l’autorité de la concurrence et de la répression des fraudes à La Réunion. Fillon avait même rajouté que s’il le fallait, il pourrait rajouter des contrôleurs !

A plusieurs reprises, Jean Hugues Ratenon et les adhérents de l’ARCP ont vérifié les prix dans les rayons. Si la majorité des grandes surfaces ont gardé l’étiquetage prévu par la loi, les prix ont continué à augmenter. Force est donc de constater que l’Etat n’a pas fait son travail ni respecté ses engagements envers la population réunionnaise. La population serait donc en droit de porter plainte contre le préfet.

Concernant la politique économique. Depuis le vote de la loi, le Conseil régional a été incapable de faire des propositions aux acteurs économiques de La Réunion. Même pas une plate forme de coordination. Les élus de la majorité du Conseil régional utilisent l’argent de la collectivité à tout va au lieu de s’occuper de la politique économique.

Si aujourd’hui on se retrouve dans cette situation de catastrophe sociale, la responsabilité en revient à l’Etat et à la Région.

J.B.


Kanalreunion.com