Edito

Régionales : ils savent et ne disent rien

J.B. / 11 décembre 2015

Deux listes sont candidates au second tour des élections régionales. Elles ont un point commun, elles sont conduites par des parlementaires. Huguette Bello est députée, Didier Robert est sénateur. Ces élus sont donc ceux qui votent les lois. Ils sont donc informés des textes déjà votés et des projets à venir.

Mais les deux prétendants à la place de président de Région ont une autre similitude très inquiétante : ils refusent de dire ce qu’ils savent à la population. L’exemple du logement est révélateur.
Huguette Bello et Didier Robert promettent des dizaines de milliers de logements au cours des six prochaines années. Lors d’un meeting à Saint-Denis avant le premier tour, Huguette Bello a même déclaré : « nous construirons 30.000 logements sociaux ». Les parlementaires connaissent la loi. Ils savent donc que la Région Réunion n’est pas un bailleur social. Tous les locataires qui reçoivent leur quittance tous les mois voient figurer les coordonnées de la SIDR, de la SHLMR, de la SEDRE ou d’autre société, mais pas de la Région Réunion.

Ceci étant dit, à raison de 200.000 euros par logement, la construction de 30.000 représente 6 milliards d’euros, soit 1 milliard d’euros par an. Compte-tenu du budget de la Région, proche d’un milliard, cela voudrait dire un doublement des recettes nécessaires à la réalisation de cette ambition. Qui paiera ? Là aussi, pas un mot des deux candidats.

Enfin, Huguette Bello et Didier Robert savent que les budgets d’austérité se succèdent. Une conséquence, c’est la remise en cause de la défiscalisation. Elle contribue au financement des logements sociaux. Ce sera donc moins d’argent pour construire. Les candidats ne disent rien là-dessus, et font des promesses qu’ils savent intenables.
Ils savent et ne disent rien, comment leur faire confiance pour diriger la Région Réunion ?



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Quand les candidats aux élections n’apportent pas de réponses ou proposent exactement le contraire de ce que l’on attend d’eux , les électeurs n’ont pas d’autres alternative que de refuser de voter .
    L’abstention est sans doute considéré comme un manquement à son devoir de citoyen , mais mais quand il n’y a pas de différence entre un vote nul et un vote blanc , l’électeur intelligent évite de se rendre au bureau de vote pour exprimer un choix qui sera considéré comme nul .
    Les observateurs politiques pourront toujours faire leur commentaires sur la motivation des abstentionnistes . Il y en a qui s’en foutent et préfèrent aller à la plage ou en pique nique quelques soit l’élection , mais il y en a d’autres qui votent pour certaines élections et ne votent pas pour d’autres .
    Le comportement de ces derniers électeurs a un sens politique que certains refusent de regarder . Pourtant quand ,dans une élection il y plus d’abstentionnistes que de votants , la réponse est claire c’est que les candidats ne sont pas convaincants .
    Il faudrait donc , que lorsque l’abstention est massive , la loi oblige à organiser une nouvelle élection , pour que certains puissent modifier leur propositions et que d’autres puissent présenter les leurs .
    Malheureusement on ne tient pas suffisamment compte des abstentionnistes , et au lieu de refaire l’élection on leur demande de choisir entre des candidats qu’ils ont déjà rejetés .Et lorsque le rejet persiste on oblige la majorité populaire , celle composée des opposants et des abstentionnistes à subir la loi de la majorité d’une minorité . Où est la démocratie dans tout ça ?

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com