Edito

Régionales à La Réunion : l’union de la droite a bien explosé

J.B. / 20 octobre 2015

Le meeting de Saint-Paul devait être le début d’une marche triomphale de Didier Robert vers les élections régionales des 6 et 13 décembre prochains. Il s’est inscrit dans une séquence qui a montré la réalité de l’explosion de l’union de la droite en 48 heures.

Le premier temps de la séquence a eu lieu dimanche. François Bayrou était l’invité d’honneur du meeting de Thierry Robert à Saint-Leu. Il a donné une suite favorable mais n’a pas participé à la réunion de Saint-Paul qui était censée montrer une droite unie.
Rappelons que le président du Modem est aujourd’hui un soutien d’Alain Juppé à l’élection présidentielle de 2017. La semaine précédente, Thierry Robert avait d’ailleurs rencontré l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac. En 2017, l’orientation du Modem sera d’être l’aile centriste de la droite, en soutien à Alain Juppé si ce dernier est préféré à Sarkozy.
Autrement dit, ceux qui se sont engagé aux côtés de Thierry Robert sont maintenant dans le camp de Juppé, un authentique candidat de la droite.
Or, il est de notoriété publique qu’à La Réunion, le Modem ne recherche pas un accord dès le premier tour avec Les Républicains. Didier Robert n’a donc pas réussi ce que d’autres candidats ont obtenu en France : le ralliement du Modem dès le premier tour dans des listes d’union de la droite.

Le second temps de la séquence est venu hier du Tampon. André Thien Ah Koon a donné la position du FRA pour les régionales. Ce parti est prêt à bâtir une union de la droite à condition que la liste soit conduite par Michel Fontaine et pas par Didier Robert. Cette décision est une conséquence de l’accélération de l’enquête sur l’attribution des marchés de la nouvelle route du littoral (NRL). Le maire du Tampon estime que Didier Robert a perdu toute crédibilité depuis que les gendarmes sont venus perquisitionner chez lui au petit matin. Selon André Thien Ah Koon, le maintien de Didier Robert en tant que tête de liste conduira à la défaite de la droite.
C’est donc Didier Robert qui apparaît comme le diviseur, responsable de l’impossibilité d’unir la droite. La prise de position d’André Thien Ah Koon rejoint celle déjà exprimée par René-Paul Victoria. L’ancien député-maire de Saint-Denis avait été le premier à mettre les pieds dans le plat en annonçant qu’il allait conduire une liste aux régionales, du fait notamment de profonds désaccords avec la politique menée par Didier Robert à la Région Réunion.

La position inconfortable de Didier Robert n’est pas sans rappeler le rôle tenu par Huguette Bello dans ces élections. Le choix d’Annette de l’imposer comme tête de liste de la Fédération socialiste a entraîné une recomposition des forces progressistes. À la différence d’une droite divisée, l’union s’est construite à gauche. Bello-Annette pensaient que leur manœuvre allait marginaliser les communistes et les socialistes du Progrès. Le contraire s’est produit, car le PCR et le Progrès se sont unis pour constituer la plus grande force militante de La Réunion, rassemblant les communistes et les socialistes autour d’un engagement sur 20 ans. L’union de la droite a explosé, Bello-Annette se sont isolés. La perspective d’une victoire de l’Union des Forces de Progrès pour le Développement et l’Égalité se renforce.


Kanalreunion.com