Edito

Rendez-vous dans 10 jours

LB / 27 octobre 2009

Le 6 novembre prochain, les autorités de l’État, réunies pour la 1ère fois en Conseil interministériel de l’Outre-mer avec le président de la République, vont annoncer leurs décisions suite aux propositions émises par les populations des Antilles-Guyane et de La Réunion dans le cadre des États généraux. À 10 jours de cet événement, nous rappelons une nouvelle fois l’extrême importance des décisions qui seront prises par les représentants de l’État.
Pourquoi cette importance ? En raison de l’aggravation continuelle des problèmes sociaux dans notre pays et des menaces très inquiétantes qui pèsent sur la majorité de la population, du fait de la politique sociale injuste et discriminatoire imposée aux Réunionnais depuis des décennies.

Outre les diverses propositions émises par de nombreuses personnes physiques et morales — dont le P.C.R. — pour réaliser un développement humain équitable de La Réunion, les élus des collectivités réunionnaises (Région, Département et de nombreuses communes) ont adopté un projet global et cohérent à cette fin. Ce projet réunionnais expose notamment les mesures indispensables à prendre dans le cadre d’un partenariat institutionnel afin de « répondre à la crise et à l’urgence sociale ».
Parmi ces mesures, il y a en particulier la création de deux grands services publics d’aide à la personne et de protection de l’environnement, qui permettraient de créer 60.000 emplois pour les Réunionnais et de renforcer la cohésion sociale. D’autres mesures concrètes et précises sont préconisées dans ce document pour faire respecter tous les droits fondamentaux des Réunionnais, comme le droit à l’emploi, à un logement, à une formation, à des moyens de vivre décemment.

Nous le redisons avec force : toutes les solutions présentées dans cette contribution sont nécesaires, à court comme à long terme. C’est un minimum indispensable, qui peut servir de socle à un développement durable, en réponse aux besoins essentiels des Réunionnais. Et même si elles sont toujours amendables, ces solutions sont portées par des élus représentant la très grande majorité des Réunionnais.
Ce sont là deux raisons nécessaires et suffisantes pour qu’elles soient acceptées par l’État. Notamment au nom du principe du respect des citoyens. Alors, rendez-vous dans 10 jours.

L. B.


Kanalreunion.com