Edito

Respecter les règles communes dans le Parti

J.B. / 27 décembre 2011

Le Parti Communiste Réunionnais fait régulièrement l’objet d’interrogations sur son fonctionnement. Combien de fois, les médias n’ont-ils pas posé le problème du renouvellement, de la place des jeunes, des femmes, etc.? Seulement, dans la période récente, nous avons vu le parcours de Monica Govindin, Aline Murin-Hoarau, Yolande Pausé et Daniel Alamélou.

Peut-on avoir meilleur exemple de la crise idéologique qui frappe la classe politique, dans son ensemble ?

Monica Govindin participait à la lutte en faveur de la pérennisation des emplois jeunes. Elle n’a que 23 ans quand le PCR lui propose de se faire élire lors d’une élection partielle dans un Canton du Port. C’était l’occasion de faire la promotion d’une jeune femme, et le Canton était très sûr. De nombreux camarades pouvaient prétendre à cette place. Avec l’aide de la section, l’élection fut un triomphe. Au bout de quelques années, elle n’a même pas fini son mandat qu’elle s’est mise à trahir, en soutenant aux Régionales, la candidature de Didier Robert, l’UMP contre l’équipe sortante emmenée par Paul Vergès. Les médias avaient prédit qu’elle allait être réélue. Quel fut le résultat ? Il faut que chaque journaliste reprenne ses écrits pour constater le fossé entre les illusions et les résultats concrets.

Aline Murin-Hoarau a été appelée sur la liste de Maurice Gironcel en 2008. Elle s’est faite remarquée pour son activisme culturel. Paul Vergès lui a proposé d’être sur sa liste aux Régionales. Ce choix n’a pas été facile à faire accepter mais la discipline au PCR et à Sainte Suzanne fut respectée. Cela fait 2 années qu’elle siège au groupe de l’Alliance à la Région. Et, là, pour les municipales de Sainte Suzanne, elle combat la discipline du Parti. Non seulement, elle ne respecte pas ses paroles mais en plus elle trouve à redire. Que fera-t-elle au groupe de l’Alliance ?

Yolande Pausé a été choisie par Maurice Gironcel afin de figurer sur sa liste municipale. Elle sera choisie par la suite par les communistes comme conseillère régionale avec Paul Vergès. Pour faire face à l’acharnement judiciaire qui s’abat sur le maire de Sainte-Suzanne, Maurice lui demande d’assumer l’intérim municipal en attendant son retour. Le Parti est d’accord. Les choses sont tellement claires qu’elle s’épanche ouvertement à la télé, en soulignant l’exemplarité du geste.

Ces exemples montrent que le PCR fait l’effort de la promotion de nouvelles personnes. Pour être complet, il faut évoquer le cas de Daniel Alamélou, encore un nouveau. Maurice lui offre la fonction de premier adjoint au maire, puis son remplacement au Conseil général. Comment expliquer qu’à la moindre occasion, ces personnes abandonnent l’esprit collectif et la discipline du Parti qui les a fait élire ?

La raison est à rechercher dans leur faible connaissance du projet collectif du PCR, son expérimentation depuis un demi-siècle ainsi que ses perspectives historiques. Cette ignorance conduit à la légèreté des convictions idéologiques et à l’imagination à courte vue. A moins de pouvoir sonder les cœurs et les reins, le dernier Congrès a fixé les règles communes dans le Parti. Il faudra bien qu’elles soient respectées.

J.B.


Kanalreunion.com