Edito

Retraite : tenir compte des spécificités réunionnaises

LB / 16 juillet 2010

“Témoignages” a déjà publié de nombreux articles sur les conséquences désastreuses du projet gouvernemental sur la réforme du droit à la retraite. Et notre journal a démontré à quel point il est important pour les Réunionnais de renforcer leur mobilisation et leur union pour combattre ce projet.
En effet, pour permettre aux plus riches de continuer à s’enrichir toujours davantage, le gouvernement veut repousser l’âge de la retraite, augmenter la durée des cotisations et condamner la plupart des citoyens au “minimum vieillesse”. Cette politique de casse sociale menée par l’UMP, dont le nouveau président de la Région Réunion est un des dirigeants, aura de graves effets sur la vie quotidienne de la majorité de la population en France et outre-mer.

Mais si nous souhaitons insister sur l’importance de la mobilisation des Réunionnais contre ce projet, c’est parce que celui-ci aura des effets encore plus dramatiques dans notre île qu’en France. Et cela, en raison de la situation sociale spécifique à La Réunion par rapport à celle de France.
En effet, le taux de chômage qui frappe les Réunionnais étant trois à quatre fois plus fort que celui de l’hexagone, qui aura encore droit à une retraite décente, si l’on vote et l’on applique la réforme gouvernementale ? À cela s’ajoutent des inégalités de revenus énormes ici entre “les deux mondes”, qui n’ont rien à voir dans cette ex-colonie (officiellement) avec ceux de la métropole.

On sait à quel point la priorité des Réunionnais est le respect de leur droit à l’emploi. Or, le projet gouvernemental veut diminuer la possibilité pour nos jeunes d’avoir un emploi, car la rallonge de la durée des cotisations et le report du départ à la retraite vont encore diminuer les places de travail pour la jeunesse réunionnaise.
Il y a quelques années, grâce aux luttes populaires, une mesure spécifique avait été mise en place dans notre île — le congé solidarité — pour faciliter l’accès des jeunes à l’emploi. Cette disposition a été supprimée par le pouvoir. C’est là une preuve — parmi bien d’autres — de la nécessité de nous battre pour obtenir du gouvernement une politique tenant compte des spécificités réunionnaises.

L. B.


Kanalreunion.com