Edito

Sale temps pour les cigarettes

J.B. / 4 juin 2015

En Chine, depuis le 1er juin, la capitale Beijing a décidé d’interdire les espaces publics intérieurs et extérieurs aux fumeurs. Des sanctions ont été prévues. Les contrevenants seront les fumeurs mais surtout les responsables d’établissement. L’Organisation Mondiale de la Santé reconnaît que la municipalité a été très courageuse et l’a gratifiée d’une récompense à l’occasion de la Journée Internationale de l’Enfance, célébrée le premier jour du mois de juin. Les dirigeants politiques de la capitale ont considéré que cette décision d’interdiction est un « don d’air pur aux enfants », aux résidents et aux touristes de Beijing. Il faut savoir que la Chine compte 300 millions de fumeurs et que 1 million d’entre eux meurent annuellement de maladies liées au tabac.

Au Canada, le même jour, 3 fabricants de cigarettes ont été condamnés à verser conjointement 11,3 milliards d’euros aux milliers de victimes qui ont porté plainte. Cela fait suite à des recours déposés en 1998, et soutenu par 1 million de pétitionnaires. La décision n’est pas suspensive en cas de recours des contrevenants. Ils devront verser déjà 1 million d’euros avant le 1er juillet. C’est certainement la plus belle victoire des militants anti-tabac, au Canada mais aussi dans le monde. Car, les griefs reposent sur le concept de préjudice causé à autrui sans information suffisante, lequel s’oppose à la notion de liberté de choisir avancée par les cigaretiers. En gros, pour ces derniers, les fumeurs sont des victimes consentantes ! Les magistrats ne sont pas du même avis : les producteurs de cigarettes savent que leurs produits sont nocifs, ils ne doivent pas être au-dessus des lois. Ils ont le devoir de protéger leurs consommateurs et ne pas laisser la charge des conséquences à la puissance publique.

Si la décision de la cour supérieure de Québec est définitive, cela créera une jurisprudence très intéressante dans d’autres domaines, en particulier pour la question des surfeurs et des requins. Pour l’instant ne boudons pas notre plaisir de voir les cigarettes disparaitre. N’oublions jamais que les puissances européennes ont déclaré la guerre à la Chine pour l’obliger à ouvrir ses ports a la vente d’opium. Cela a conduit à une occupation coloniale de plus d’un siècle.

Les capitalistes pourrissent la santé des gens et cela leur rapporte gros. La Cour supérieure du Québec n’a pas hésité à accuser les producteurs d’avoir ramassé beaucoup de milliards depuis 50 ans pendant que d’autres mourraient d’emphysèmes et de cancers du poumon et la gorge.

De la Chine au Canada, un mauvais temps souffle sur les profiteurs du tabac.


Kanalreunion.com