Edito

Sécurisation de l’axe Saint-Denis/La Possession : le temps perdu s’accumule

J.B. / 14 octobre 2017

JPEG - 13.7 ko

Une chute de galets a été signalée hier matin à l’entrée de la route du littoral du côté de La Possession. Fort heureusement, seuls des dégâts matériels sont à déplorer. Ce nouvel événement rappelle que la route actuelle est impossible à sécuriser. Tant qu’une alternative ne sera pas mise en service, des Réunionnais seront exposés à des chutes de pierre.

Le risque augmente avec la croissance du trafic automobile, qui est estimé à 50.000 véhicules par jour. L’orientation choisie par les autorités compétentes à La Réunion est de privilégier le tout-automobile plutôt que le train. C’est ce qui ressort du choix de transférer les crédits prévus pour un chantier de chemin de fer déjà démarré à un projet de route en mer bien mal ficelé. Par conséquent, l’embouteillage matinal à l’entrée de Saint-Denis ne pourra que s’accroître. Cela signifiera une durée de parcours plus longue pour franchir les 12 kilomètres de route sous la falaise.

La Région Réunion, sous la présidence de Paul Vergès, avait mis en œuvre des travaux de sécurisation. La falaise a été recouverte de filets pour un investissement total de 100 millions d’euros. Cela permet de retenir les roches qui se détachent. C’est ce qui a permis d’éviter un drame hier. Mais depuis la mise en service de cet équipement, aucune réalisation n’a amélioré la sécurité des usagers de la route.

Le choix d’une route en mer montre aujourd’hui toute la difficulté à mener à bien un tel projet. Si les piles du viaduc ont commencé à être posée, rien n’est encore fait pour la partie allant de la Grande-Chaloupe à La Possession. Cet immobilisme interroge, car le temps perdu s’accumule et expose chaque jour davantage les usagers au danger.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Ce n’est pas pour assurer la sécurité des réunionnais que l’on est en train de construire une route en mer entre saint Denis et la possession mais pour donner de l’argent à deux grosses entreprises internationales et leur donner la possibilité de créer une vitrine à ciel ouvert pour montrer ce qu’elles sont capables de faire aux yeux du monde entier ,même si cela devait ruiner les réunionnais .

    La route du littorale actuelle est certes une route sur laquelle il y a un risque de chute de pierre , mais ce risque n’est pas plus élevé que celui qui pèse sur les routes de montagne de France et lorsque l’on compare le bilan des accidents provoqués par les chutes de pierres sur cette route, depuis son ouverture en 1976, par rapport à certaines portions de route estimées dangereuse en France métropolitaine ce bilan n’est pas forcément défavorable à l’île de la Réunion .

    Le problème de la route du littoral n’est pas qu’elle tue ou qu’elle blesse plus que les autres routes montagneuses de France , mais qu’elle est le seul axe routier qui permet de relier facilement et rapidement l’Est et L’ouest de l’Ile de la réunion et qu’il faut la fermer après pratiquement chaque grosse pluie . Ce qui cause des grosses perturbations dans le fonctionnement de l’économie de l’île .

    Compte tenu du nombre de jour de fermeture de la route actuelle chaque année que ce soit sur les quatre voies ou sur deux voies il était nécessaire depuis longtemps de réaliser une autre voie de grande circulation pour relier Saint Denis à la possession . Mais on aurait pu le faire en choisissant une autre solution que le passage sur la mer .

    Les entreprises qui sont en train de réaliser la route en mer avaient les moyens de réaliser une route en tunnel ou de passer par les haut avec une partie réalisée en tunnel pour descendre sur Saint Denis . Mais cela aurait coûté moins cher et aurait été moins spectaculaire , et chacun sait que le but des entreprises internationales ce n’est pas de construire ce qui coûte le moins cher , mais au contraire de construire ce qui est spectaculaire pour en mettre plein la vue au monde entier et surtout pour engranger le plus de fric possible .C’est une des applications de la loi du marché dans une économie capitaliste où les entreprises peuvent s’entendre pour faire monter les prix .

    La route en mer a été adjugée pour 1,650milliards d’euros et nous coûtera probablement trois milliards lorsqu’elle sera terminée car il faudra faire face à des actualisations de prix et à des imprévus .Alors que un passage en tunnel ou par les hauts n’aurait probablement pas coûté plus cher que la route des tamarins dont le montant des travaux n’a pas dépassé 1,3 milliards pour construire plus de 35Km de route à quatre voies et un nombre impressionnant d’ouvrages d’art, dont certains très importants .

    La liaison entre la possession et saint Denis par tunnel ou par les hauts avec une partie tunnel n’aurait pas fait plus de 13Km ou 14 de long soit à peine le tiers de la route des tamarins et sa réalisation aurait permis de faire travailler les entreprises réunionnaises dans des conditions identiques que celles de la construction la route des tamarins . Ce qui aurait donné une grosse bouffée d’oxygène au secteur du bâtiment et des travaux publics qui a manifesté récemment pour dire haut et fort qu’il était sur le bord du gouffre et avait besoin d’être relancé . Cette relance était possible si on n’avait pas choisi de construire sur la mer , une solution qui nécessite du personnel très spécialisé et essentiellement du travail de préfabrication en atelier ou les machines remplacent les hommes alors que cela aurait été le contraire si on avait choisi de passer sur terre .

    Aujourd’hui il est évidement trop tard pour revenir en arrière et arrêter le chantier de la route en mer . Mais il est déjà temps de penser à la création d’une route intermédiaire qui ne sera pas forcément une route à 4 voies mais une route à évolutive à trois voies qui permettrait de donner aux réunionnais une autre alternative lorsque pour une raison technique il faudra fermer la route en mer après sa livraison . Cette route intermédiaire pourrait suivre le tracé que j’ai proposé pour relier les hauts de saint Denis et désenclaver les plateaux situés au dessus de falaises entre Saint Denis et la Possession et permettre la création de nouvelle zone d’habitation mais surtout de créer de nouvelles zones artisanales et industrielles situées à moi chemin entre le port et l’aéroport au centre d’un bassin d’emploi de plus de 400000 personnes .

    C’est peut être un bon moyen de corriger l’erreur monumentale de construire sur la mer qui permettra de réduire les accidents par chute de pierre ; mais qui ne permettra pas d’éviter d’étrangler l’économie de la Réunion lorsqu’il faudra la fermer pour des raisons techniques , entretien, accident ou détériorations causées par les éléments déchainés à l’occasion d’un cyclone de classe 5 .

    Tant que l’on n’aura pas mis en service des transports en communs rapides et desservant correctement toutes les parties de l’île , les réunionnais continueront d’acheter des voitures et le parc automobile doublera dans les dix prochaines années . Actuellement il faut déjà au moins trois heures pour relier Saint Paul et Saint Denis lorsqu’il y a un problème de circulation et vu l’augmentation prévisible du nombre de véhicules roulant à la Réunion, la mise en fonctionnement de la route en mer ne changera pas vraiment les données du problème . les gens continueront de perdre des centaines de millions d’heures de travail dans les bouchons et l’économie réunionnaises continuera de stagner . Mais ça ce n’est vraiment pas la priorité des entreprises internationales qui construisent nos routes . Pour elles ce qui compte c’est de gagner le plus d’argent possible sur un chantier et si ce chantier peut être montré au monde entier pour leur faire de la publicité c’est le paradis et l’assurance de pouvoir gagner encore plus ailleurs . Et lorsque leur responsabilité pourra être mise en cause pour tel ou tel problème .elles seront probablement introuvables .

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • TB tout ça. A-t-on prévu de mettre le train soit 2 voies sur le tablier de cette route sur pilottis ? Sans oublier la résistance mécanique des piles à la compression et sous l’eau de mer, au sel, la houle, le réchauffement climatique ? Vive le retour du train. Créateur d’emplois, modernes, durables,pour nos jeunes notamment qui n’attendent que ça, bosser ici, Arthur.
    _________________________________________________________

    Article
    Un message, un commentaire ?