Edito

Sénatoriales : Que font Jacqueline et Com’Com’ ?

J.B. / 7 septembre 2011

La période pour déposer les listes de candidatures aux élections sénatoriales s’est ouverte hier. Une liste a été déposée hier au nom de l’UMP. Elle est conduite par le maire de Saint-Pierre. On trouve en 2ème et 3ème position respectivement Jacqueline Farreyrol et Didier Robert.

Jacqueline Farreyrol est plus connue comme artiste-chanteuse. Elle vient, d’ailleurs, de remonter sur scène. Elle a raconté à plusieurs reprises comment elle est « entrée en politique » : ancienne alliée de René-Paul Victoria et, aujourd’hui, de Didier Robert qu’elle remplace au poste de Députée pour cause de cumul de mandats.

Didier Robert est président du Conseil régional, premier adjoint du Tampon et président de la Communauté des Communes du Sud (CCSud). Ancien adjoint au maire sous le majorat de Thien Ah Koon, il reçoit les clés de la mairie quand ce dernier se trouve sous le coup d’une inéligibilité. Depuis ce jour, il fera l’étalage de ses hautes compétences en matière de trahison.

Non seulement il a trahi celui qui lui a donné les clés de la Mairie du Tampon, mais il a aussi appelé des élus à déchirer leur carte d’adhésion à l’UMP. Quelques semaines après, “ses amis rebelles” apprennent qu’il a accepté un strapontin au bureau national de l’UMP. L’homme apparaît de plus en plus comme un assoiffé de pouvoir qui utilise ses amis pour y arriver, puis les jette comme un kleenex.

En tant que leader de l’UMP locale, il est l’artisan de la liste publiée et enregistrée hier en Préfecture. Ainsi, s’il a accepté — de mauvaise grâce — que le premier de la liste soit dévolu au maire de Saint-Pierre, il a tenu à verrouiller les 2 rangs suivants. Ce qui explique la présence de la chanteuse qui n’en demandait pas tant et, lui-même, en embuscade. Ainsi, cette liste apparaît plus comme une affaire circonscrite à Tampon et Saint-Pierre.

Un tel attelage fait grincer des dents au sein même de l’UMP ; c’est l’expression des “amis” qui sont restés à terre, victimes des nouvelles trahisons de leur leader accapareur. Mais peut-on être plus sérieux : comment les Réunionnais qui connaissent la pénurie d’emplois, la pénurie de logements sociaux, la baisse du pouvoir d’achat vont-ils se reconnaître dans cette liste de Didier Com’Com ?

Même encartés à l’UMP, les grands électeurs n’en sont pas moins victimes de l’ostracisme de cet individu et de la politique gouvernementale qu’il soutient à fond. Par exemple, il aura des difficultés à expliquer que son parti est atteint d’une pénurie de femmes capables de remplacer Jacqueline Farreyrol qui, de l’avis de Margie Sudre, ne brille pas depuis qu’elle est députée. Nous verrons bien lors des débats parlementaires qui viennent de commencer. Avec son leader Com’Com’, aura-t-elle le toupet de soutenir les riches contre les pauvres ? Ce sera une indication supplémentaire pour apprécier leurs candidatures sur une liste aux Sénatoriales.

J.B.


Kanalreunion.com