Edito

Surprise, surprise… en ce début d’année

J.B. / 5 janvier 2013

En ce début d’année, la tendance c’est de formuler des vœux. Bien entendu, on souhaite qu’ils se réalisent et que ce soit de bonnes surprises. Mais 2013 a commencé avec de mauvaises surprises. Dès lors, on peut s’attendre à tout pour le reste de l’année.

Le cyclone Dumile peut être considéré comme une surprise. Ça ne faisait pas partie des vœux des Réunionnais, mais il s’est invité à la fête. Mais la surprise réside dans la manière qu’ont les médias de présenter un cyclone sous l’angle du spectaculaire, comme un spectacle pour touristes en mal de sensation et d’émotion.

Et pourtant derrière tant d’imagerie, il y a de vrais drames qui se jouent en silence. C’est le tragique cas des planteurs qui ont perdu l’essentiel de leur récolte et beaucoup d’argent qui devait couvrir la moitié d’une année. Ils n’ont plus rien, mais ça, ça n’est pas assez grandiose pour en parler. L’autre conséquence c’est la flambée des prix qui touchera tout le monde, dès la semaine prochaine. On aurait aimé connaître si les pouvoirs publics vont faire diligence pour indemniser rapidement les planteurs pour qu’ils puissent replanter, ainsi que les mesures de contrôle des prix pour protéger les consommateurs de la spéculation sur les produits rares. La saison cyclonique ne fait que commencer !

L’autre surprise, c’est la tendance à nous bassiner les oreilles à propos de la régulation sur les prix. Le ministre des Outre-Mer en a encore parlé dans une intervention le 31 au soir où il faisait le bilan du gouvernement. Cette intervention s’est faite en parallèle à celle du Président de la République, François Hollande. Que s’est-il passé pour que deux jours après, en moins de 48h, le Président de la République se sente obliger d’intervenir à nouveau ? À propos de prix, on attend de voir comment le ministre des Outre-mer et le gouvernement vont-ils faire plier la grande distribution quand ils ont été incapables de faire respecter une simple décision de justice arrachée par les travailleurs, concernant la fermeture de dimanche. Pourtant, on a bien vu l’État bomber le torse quand il a fallu démolir la maison d’un pauvre malheureux !

La troisième surprise, c’est le silence assourdissant de tous les médias sur la pauvreté à l’île de La Réunion. En termes de parité de pouvoir d’achat, les bénéficiaires de minimas sociaux à La Réunion sont incapables d’acheter la vie chère qui se monte à plus de 50% par rapport au pouvoir d’achat en France. Pendant ce temps, l’élite politique, les 7 députés en particulier, se donnent bonne conscience : ils justifient leur indemnité par le bavardage et la communication.

L’année des surprises ne fait que commencer !

J.B.


Kanalreunion.com