Edito

Surréaliste

LB / 25 mai 2010

Samedi soir à la base aérienne de Gillot, le Lion’s Club Est Edmond Albius a organisé un dîner dansant en faveur de l’association ATD Quart-Monde de La Réunion, présidée par Georges Faubourg, afin de recueillir des fonds pour venir en aide aux personnes en grande difficulté. Durant cette soirée de gala pour une bonne cause, où plusieurs centaines de personnes ont versé 50 euros pour le repas voire plus pour la tombola, les participants ont pu voir défiler sur un écran des images et des documents dénonçant le non-respect des droits fondamentaux des plus pauvres dans notre pays.
Hier soir, sur Radio-Réunion, on a pu entendre Christian Ballet, le responsable de la Fondation Abbé Pierre dans l’île, protester contre l’aggravation très préoccupante du mal-logement de nombreux Réunionnais. Il a signalé que l’augmentation du chômage, la baisse du pouvoir d’achat et la chute des constructions de logements sociaux sont liées au fait que de plus en plus de nos compatriotes n’ont plus les moyens de vivre décemment.

Chaque semaine, Jean-Hugues Ratenon intervient sur les ondes de Kanal Océan Indien au nom de l’Alliance des Réunionnais Contre la Pauvreté pour appeler à l’union de notre population pour lutter contre les causes de la crise sociale à La Réunion. Et lors des dernières élections, le PCR et ses amis de l’Alliance ont présenté des projets concrets, cohérents, efficaces et globaux à cette fin, considérée par eux comme une priorité politique.
Tous ces éléments nous montrent que beaucoup de personnes mettent le doigt sur la pauvreté dans l’île sous des angles différents. Mais toutes insistent sur l’urgence de répondre aux besoins d’une grande partie du peuple réunionnais en état de survie et abandonnée.

Pendant ce temps, une ministre vient à La Réunion pendant 3 jours et passe l’essentiel de son temps en balades dans la forêt, sur le marché forain et dans des rencontres politiciennes mais elle n’apporte aucune réponse concrète du gouvernement à toutes ces préoccupations réunionnaises. Elle fait sa tournée puis repart et la population abandonnée se retrouve dans la même situation qu’avant.
Alors que le gouvernement est le principal responsable de la politique menée à La Réunion, il ne fait rien pour respecter les droits et la dignité des Réunionnais. C’est vraiment surréaliste.

L. B.


Kanalreunion.com