Edito

Tout casser

J.B. / 9 décembre 2010

La décentralisation a à peine 30 ans. Trois décennies au cours desquelles La Réunion, via son Assemblée régionale, a incontestablement gagné en rayonnement, en reconnaissance et en prestige. Cela grâce à une série de politiques d’emploi, d’aménagement, de grands travaux, toutes dirigées vers un seul but : créer de l’emploi en préparant le pays aux grands défis du futur. Autre atout : une ligne de conduite plus ou moins égale des dirigeants qui se sont succédé au sommet de la pyramide inversée, qui donnaient l’exemple d’une certaine frugalité et évitaient les dépenses somptuaires.
Il a suffi que l’UMP de Didier Robert parvienne au pouvoir pour que tout cela vole en éclat.
La nouvelle mandature a été inaugurée en bâfrant, au cours d’un banquet unique dans les histoires de l’institution régionale, où élus et clients électoraux se bousculaient devant le buffet pour prendre de pleines poignées de petits fours et de samoussas.
La politique de l’aménagement territorial a été brisée d’un seul coup, par la suppression du chemin de fer et le renvoi aux calendes grecques des travaux de la route du littoral. L’image de La Réunion a été détériorée à l’étranger, après les mondanités coûteuses et inutiles d’une bande de "batèr d’karé" baladés une coupe de champagne à la main, dont le camouflet d’Adélaïde constitue le dernier exploit en date.
Aujourd’hui, ce sont les emplois verts qui sont dans le collimateur. Il y a danger : hier, ce dispositif permettait l’attribution de contrats aidés, selon des critères objectifs et contrôlés. À l’approche des cantonales, l’UMP entend en faire un outil électoral, en distribuant des emplois à des associations dirigées par des proches et créées il y a peu. D’autres associations, telles que l’AGIDESU (Association de gestion pour l’insertion économique et sociale urbaine) du Port, se voit refuser le renouvellement de ses contrats, sans motif et sans même d’examen par les élus... Nouvelle preuve de la partialité et de l’irresponsabilité de l’UMP des Didier Robert, Lagourgue et consorts, qui semblent décidément déterminés à casser tout ce qui existe, pour satisfaire leurs ambitions électorales du moment.

J.B.


Kanalreunion.com