Edito

Tout pour la jeunesse et son avenir

J.B. / 2 août 2012

La population réunionnaise compte déjà 832.000 habitants. Nous en aurons 1 million dans 15 à 20 ans, soit 170.000 personnes supplémentaires. Comment allons-nous faire face à ce proche avenir alors que les problèmes d’aujourd’hui ne sont pas du tout réglés ? Peut-on laisser tant d’inégalités et tant d’injustices s’installer durablement ? La question qui se pose en ce début de mandature présidentielle est la suivante : puisque depuis un demi-siècle, aucun gouvernement n’a réussi à régler les problèmes de notre petite société, par où commencer ?

Restons sur la situation des jeunes que nous exposons depuis quelques jours. Il n’est pas inutile de rappeler les fondamentaux suivants.

Les statistiques officielles font apparaitre qu’« un jeune sur deux sort précocement du système scolaire ». Dans sa dernière parution, l’INSEE précise : « sans aucun diplôme, ils n’ont que peu de perspectives de trouver un emploi ». La situation est tellement fermée, sans espoir, que déjà « en 2010, 69% des jeunes non scolarisés sont sans emploi ».

Dans ces conditions, comment ne pas se souvenir des conditions dans lesquelles se sont déroulées les élections législatives, censées déterminer les personnes qui allaient conduire notre société vers le changement ? Il suffit de reprendre les centres d’intérêt des 7 élus pour mesurer le décalage entre la réalité décrite ci-dessus et l’élection.

La boucle du mensonge et de l’hypocrisie est bouclée quand on sait que pour avoir la retraite, un jeune d’aujourd’hui devra travailler jusqu’à l’âge de 65 ans. Ainsi, quand il est jeune, il n’a que peu d’espoir de travailler, et quand il sera vieux, il n’aura pas cotisé suffisamment pour prétendre à la retraite.

Si le gouvernement et les députés ne renversent pas la situation, il est à désespérer de la classe politique qui demande aux jeunes de voter pour elle, qui ne fait rien, mais qui, par contre, engrange de confortables indemnités monétaires.

J.B.


Kanalreunion.com