Edito

Trente-cinq jours pour clarifier… aujourd’hui, la fin justifie les moyens antidémocratiques

J.B. / 13 mars 2012

La population de Sainte-Suzanne avait sanctionné Alamélou. Il n’est plus délégué de la nouvelle municipalité. Qu’à cela ne tienne, il va contourner le verdict populaire pour se faire une place au SIDELEC. Il se fait élire délégué de la commune de Saint-Leu… en totale contradiction avec la morale politique. La fin justifie les moyens et ce sont les valeurs de la démocratie qui en prennent un coup.

Ce sont des dirigeants de la commune de Saint-Denis qui étaient à la parade. Il est vrai que le fils de Gilbert Annette officie au SIDELEC. Et, c’est le maire de Saint-Leu qui lui offre une porte de sortie des plus scabreuses. Le pire c’est que tout ce micmac se fait aux yeux de tous, sans que nos anti-communistes patentés ne s’en offusquent.

C’est très grave.

Cette dérive rejoint le scandale de la suppression de l’hippodrome de Cambaie au lendemain des municipales de 2008, sous prétexte que c’est un projet de l’ancien maire de Saint-Paul. Or, ce projet était porté par le TCO où siégeaient les maires du Port et de La Possession. La fin justifiant les moyens, la mise au rebut de ce projet entraîna la fin de stage de jeunes Réunionnais qui étaient déjà en formation en France. Ce gâchis était alourdi par la faillite financière de plusieurs passionnés qui avaient déjà investi dans des écuries.

Nous retrouvons la même attitude à Saint-Denis : la fin justifiant les moyens, la nouvelle municipalité supprima le projet du Zénith ainsi que celui du Pôle Océan. Le premier laissa place à un trou de 8 millions d’euros payés par les contribuables de la CINOR et le deuxième constitue un immense trou dans la ville : une curiosité paysagère depuis 4 ans !

Le président de la Région ne fait pas mieux quand il supprime le projet structurant du Tram Train après avoir mis fin à la Rocade Sud du Tampon quand il fut maire. Le premier c’est un règlement de compte avec Vergès et le deuxième avec TAK, son mentor politique.

Pourquoi ce genre d’attitude ? Dans les 3 cas, ce sont des élus qui ne respectent pas le minimum de vie démocratique : ils se nourrissent de coups médiatiques qui viennent combler l’absence de sagesse et de respect.

J.B.


Kanalreunion.com