Edito

Trente-huit jours pour clarifier …
Aujourd’hui, 20 ans de mandat parlementaire, pourquoi faire ?

J.B. / 9 mars 2012

Les dernières manifestations sociales ont soulevé des problèmes fondamentaux et structurels de la société réunionnaise. L’emploi, le logement, les prix, la cherté de la vie, les revenus et la prime de vie chère, les monopoles, l’avenir du carburant, le financement sur fonds publics de la baisse des prix, la fiscalité, etc. C’est très grave.

Le président de la République qui sera issu du prochain scrutin aura une mandature qui s’achèvera en 2017. Comme il a le droit d’être renouvelé une fois, il pourrait rempiler pour un deuxième mandat qui pourrait alors prendre fin en 2022. Cela pose donc l’avenir des victimes de la politique actuelle. Auront-elles les changements tant attendus ou alors vont-elles continuer à croupir dans leur triste situation ? Telle est bien la question que tout Réunionnais devrait se poser.

Si on suit la campagne électorale actuelle, il est difficile de trouver des signes encourageants capables de renverser la tendance constatée. Les candidats font dans la communication au lieu d’intéresser le peuple aux problèmes complexes du moment. Si cela ne dépendait que d’eux-mêmes, les candidats se seraient passés du vote du peuple tellement ils sont imbus d’eux-mêmes ou d’elles-mêmes. On a l’impression que les sondages d’opinion ont remplacé le débat sur ces problèmes qui intéressent tout le monde.

Aucun débat de fond n’a été mis sur le tapis jusqu’à maintenant. Les médias toujours sensibles à la recherche d’un scoop ont oublié d’organiser des émissions politiques sérieuses, sur les thèmes cités ci-dessus. Il ne s’agit pas de faire un copié-collé des émissions qui se font ailleurs, mais de faire réfléchir à des solutions concrètes dans l’intérêt de la population.

Il faut dire que nos médias sont devenus des producteurs de créatures médiatiques incapables de formuler la moindre proposition concernant les thèmes cités ci-dessus. Tout ce qui est anti-PCR est bon à prendre. Aucun journaliste n’exerce vraiment son sens critique. La valeur tendance en ce moment c’est bien évidemment Huguette Bello. Elle est interrogée sur tout et n’importe quoi, mais jamais sur les problèmes de fond qui intéressent toute la société. Pourquoi ? Qu’a-t-elle fait en 15 ans de mandat pour améliorer le sort de ces victimes ? Au moment où elle sollicite 5 ans de plus, elle aura de plus en plus de mal pour avoir des voix sur sa propre personnalité. Vingt ans d’activités parlementaires, ça commence à se voir et se savoir…

Pendant ce temps, cabri i manz salade.

J.B.


Kanalreunion.com