Edito

Trente-quatre jours pour clarifier… aujourd’hui, l’incohérence en politique

J.B. / 14 mars 2012

Les communistes de Saint-Paul vont se réorganiser. Hier, Ary Yee Chong Tchi Kan, au nom du secrétariat, a expliqué l’état des lieux de la section qui avait porté des camarades au pouvoir communal. Ces derniers ont abandonné le peuple et le parti. Ils se sont enfermés sur des préoccupations personnelles, jusqu’à combattre les positions du parti. Cela a créé une crise que les médias et nos opposants notoires ont exploitée à souhait.

Pour beaucoup, Huguette Bello est victime du parti. Nombre de lecteurs publient des courriers incendiaires contre la Direction du PCR. La politique de l’imagerie prend le pas sur la réalité concrète. Nous avions dit ici même que, tôt ou tard, la vérité finirait par éclater, car on ne trompe pas le peuple indéfiniment. Maintenant qu’elle n’est plus au PCR, elle aura du mal à mettre sur le dos du PCR ses propres insuffisances.

Le jour de la sanction approche.

A l’occasion du 8 mars, un programme d’activités était organisé à grand coup de publicité. Un rassemblement était prévu dimanche au front de mer. Pourquoi les médias, si friands d’images et de propos sur Saint-Paul sont devenus d’un coup si silencieux ? Tout simplement parce que les gens ne sont pas venus. Madame a piqué une vive colère envers les organisateurs.

Cet épisode rejoint le pique-nique organisé en février à grand renfort d’invitations sur le bassin Ouest pour parler de l’hôpital. Elle attendait pas moins de 1.200 personnes. Le jour J, il y avait à peine 120 personnes adultes. Madame n’a même pas attendu le pique-nique : elle est partie en trombe, probablement les repas des pique-niqueurs n’attiraient pas l’appétit.

Enfin, rappelons que le jour de la présentation de sa candidature, elle s’est retrouvée avec une « trentaine » de personnes, selon le "JIR", journal dont la Rédaction lui avait accordé le titre de « Femme de l’année ». Au décompte, elle devait avoir probablement une dizaine de plus, mais c’était très loin de l’objectif attendu. Ce jour-là, elle avait invité non seulement les élus de son Conseil, mais aussi des employés communaux et des amies.

A force de n’écouter personne...

L’exercice du pouvoir l’a rendue totalement incohérente. Durant les manifestations sociales d’une rare violence, elle était aphone. Les jeunes sont emprisonnés, elle a d’autres “chats à fouetter”. Elle combat l’appel du PCR à participer aux Primaires citoyennes et à voter Hollande. Quelques semaines après, elle va à Paris solliciter le passage de Hollande à la Mairie de Saint-Paul. Pourquoi cela ? Admettons que le but est de doubler le PCR, mais dans la réalité, c’est une position incohérente et qui désarçonne ses plus fidèles lieutenants.

Maintenant, elle veut monter un parti. C’est un minimum pour entrer en campagne. Elle réunit ses amis pour informer de l’initiative et demander de verser un pourcentage de leurs indemnités d’élus. La proposition n’a pas pu être appliquée, car, au début de la mandature, c’est elle qui avait demandé à ses élus de ne rien verser au PCR. Quatre ans après, sa demande est incohérente aux yeux de plusieurs élus.

J.B.


Kanalreunion.com