Edito

Trente-six jours pour clarifier… aujourd’hui, les valeurs démocratiques bafouées

J.B. / 12 mars 2012

Quand Alamélou a refusé d’appliquer son engagement par rapport à la parole donnée, il avait proclamé dans tous les médias qu’il est un élu du peuple. Cela sous-entend qu’il n’a aucun compte à rendre au PCR, mais seulement au peuple. Il veut montrer qu’il ne répond pas des consignes du PCR alors même qu’il a été élu au nom du parti. Vaniteux, prétentieux et sûr de lui, il fanfaronne, croyant la victoire acquise. Du reste, c’est ce qu’il annonce à Elie Hoarau qui l’avait rencontré. Mais lorsqu’il est désavoué par le peuple, il n’accepte pas le verdict. Aujourd’hui, il manœuvre et magouille pour tenter d’exister.

A moins d’être irresponsable et aventurier, il savait que s’il perdait, il n’était plus président du SIDÉLEC. Maintenant que le peuple a tranché, il va se faire élire délégué de la commune de Saint-Leu ! Sans honte bue, il commet une imposture, avec des complicités qui n’honorent pas leurs auteurs. Alors, où sont les vertus de ces adversaires de la parole donnée ?

Comme lui, d’autres personnes utilisent le PCR, son histoire et ses moyens pour être élues, mais sitôt au pouvoir, celles-ci ne participent plus aux instances décisionnaires, se retournent contre le parti, ne respectent pas les engagements collectifs et finissent par devenir des adversaires. De dérive en dérive, le glissement est logique et imparable.

C’est le cas de Huguette Bello qui, des années durant, a reçu la plus grande solidarité des camarades de l’Ouest, en particulier. Lors du dernier mandat de Député, elle n’a jamais partagé avec la direction du Parti ses options et interventions. Elle agit seule, ne se concerte avec personne, et se pare des vertus soi-disant communistes contre la direction du PCR accusée de tous les maux.

Malgré ces dérives, dans une dernière tentative de la sauver, la direction lui propose une démarche respectueuse des décisions des sections. Elle refuse et s’entête. Dans l’erreur.
Comme pour Alamélou, elle est soutenue par tous les médias qui se liguent contre le PCR qui est accusé de pratiques anti-démocratiques. Il serait bien que de temps en temps, les journalistes relisent leurs textes pour se rendre compte combien ils ont eu tout faux à Sainte-Suzanne ! Est-ce que l’anti-communisme peut justifier l’absence d’indignation devant l’opération de Saint-Leu ? Attention : la démocratie est en danger.

Les magouilles d’Alamélou montrent qu’il s’est trompé, mais comme la modestie n’est pas son fort, il a du mal à accepter le verdict du peuple. Cet homme n’est pas un démocrate. Ses complices n’en sont pas mieux.

J.B.


Kanalreunion.com