Edito

« Un gisement d’économies dans la politique du logement »

J.B. / 4 février 2015

Dans son dernier numéro, la Lettre de la FEDOM évoque le dossier du logement. La Fédération des patrons d’Outre-mer rend compte d’une déclaration de la ministre des Outre-mer. George Pau-Langevin aurait pris bonne note des inquiétudes du BTP : « cela se transcrira dans un « plan logement » qui sera signé en février avec la ministre du Logement, Sylvia Pinel. Ce plan devrait aussi avoir un effet d’entraînement sur le secteur du BTP, très lié à la commande publique dans ces territoires », dit-elle citée par la Lettre de la FEDOM.
Ce Plan logement fait écho à la publication d’un rapport conjoint du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et de l’Inspection générale des finances. Ces institutions constatent que les 46 milliards consacrés au logement pourraient être mieux employés. Cité par la Lettre de la FEDOM, le secrétaire d’État au Budget, estimait en décembre « qu’il y a, à l’évidence, un gisement d’économies dans la politique du logement ».

Voilà qui pose question sur l’objectif du Plan logement. S’agit-il d’appliquer une politique d’austérité au logement, et donc d’accroître le désengagement de l’État ? Le Plan logement vise-t-il à redéployer des crédits jugés inefficaces dans un secteur vers d’autres où les finances manquent ?
À La Réunion, il manque toujours plus de 20.000 logements sociaux. Des fonds sont aussi nécessaires pour la remise aux normes des anciens immeubles. Sans oublier que la crise du BTP s’explique en grande partie par l’effondrement de la production de logements. Le BTP était capable d’en construire plus de 10.000 par an quand il comptait plus de 25.000 travailleurs dans ces effectifs, ce qui est maintenant loin d’être le cas.

Vendredi dernier, les professionnels du BTP ont organisé une rencontre avec les élus. Ce secteur a perdu plus de 10.000 emplois en quelques années, et 3.000 pourraient être supprimés cette année si la même politique était poursuivie. Une proposition de Paul Vergès a obtenu l’adhésion de tout le monde, c’est l’envoi à Paris d’une délégation comportant tous les parlementaires, les présidents des collectivités et de l’association des maires, aux côtés des organisations du BTP pour porter au gouvernement la synthèse des débats et des revendications formulées vendredi dernier.
Le gouvernement compte proposer une nouvelle politique du logement. Le rassemblement le plus large donnera plus de poids aux revendications de La Réunion, afin que notre île ne fasse pas les frais d’un « gisement d’économies », et qu’au contraire elle puisse bénéficier du soutien accru de l’État pour éviter la catastrophe.


Kanalreunion.com