Edito

Un gouvernement de droite au service d’une bourgeoisie réunifiée face à la crise

J.B. / 18 mai 2017

JPEG - 13.7 ko

La composition du nouveau gouvernement est connue depuis hier. Elle signe un retour en force de la droite à la direction de la France. En effet, le parti Les Républicains ont la responsabilité de plusieurs ministères stratégiques. En plus du Premier ministre, Edouard Philippe, LR récupère le ministère de l’Economie et celui de l’Action et des Comptes publics qui recouvre le Budget et la Fonction publique. Ce sont également les principales tendances de la droite qui sont représentées : Edouard Philippe était un pilier de la campagne d’Alain Juppé aux primaires de la droite, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, était un candidat battu à la même primaire et principal concurrent de Nicolas Sarkozy lors de l’élection du président de LR. Quant à Gérard Darmanin, à la tête de l’Action et des Comptes publics, il est un proche de Nicolas Sarkozy. La décision des dirigeants de LR de ne plus considérer les ministres comme des membres de ce parti n’y change rien. Ces trois dirigeants de la droite ne sont pas devenus de gauche du jour au lendemain, ils ne renient en rien leur idéologie.

Le MoDem, autre courant de la droite, obtient pas moins de 3 ministères. Mais ce sont bien les ministres de LR qui détiennent les plus stratégiques : tête du gouvernement et finances.

À ces personnes s’ajoutent des membres de la ligne la plus ultra-libérale du PS, ainsi que deux ministres venant du Parti radical de gauche, le dernier allié du Parti socialiste dans le dernier gouvernement. La société civile est réduite à une minorité. La stratégie d’affichage d’Emmanuel Macron est confirmée avec la présence de deux personnalités très connue : Nicolas Hulot et Laura Flessel. La surface médiatique de ces deux personnages vise à détourner les projecteurs vers eux afin de pouvoir dissimuler l’essentiel : une ligne de casse sociale. En effet, le ministère du Travail est attribué à une DRH très appréciée des patrons.

Emmanuel Macron a donc réussi à rassembler sous sa bannière une bourgeoisie française qui est là pour défendre ses intérêts dans un contexte de crise généralisée. C’est donc ce gouvernement qui va mener la campagne des législatives afin de composer une majorité qui permettra de mettre en œuvre au plus vite la remise en cause du Code de Travail, premier chantier de la feuille de route que se fixe le président de la République.

Ce gouvernement est également le résultat d’une lecture du rapport de forces issu de l’élection présidentielle. François Fillon, candidat de la droite, était en effet arrivé en troisième position derrière le FN et Emmanuel Macron au premier tour.

Les élections législatives sont donc bien décisives pour changer ce rapport de forces. Les pauvres et les travailleurs savent maintenant clairement qu’ils doivent s’attendre à souffrir si c’est cette orientation qui triomphe. La nécessité de se rassembler pour porter les intérêts de la majorité de la population est renforcée. À La Réunion, cela passe par l’élection des députés soutenus par le PCR.

J.B.


Kanalreunion.com