Edito

Un modèle injuste et sans perspectives

LB / 11 mai 2010

Hier matin, les organisateurs du 22ème Salon de la Maison ont rendu publics les chiffres sur cet événement, qui s’est terminé la veille au Parc des Expositions de Saint-Denis. En 9 jours, environ 100.000 personnes sont venues visiter — de près ou de loin — les stands des 450 exposants, qui ont réalisé un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros, soit 20% de plus que la précédente édition, il y a 6 mois.
Au-delà de ces chiffres, que reflète ce salon, destiné à vendre des produits immobiliers et de la décoration intérieure ? S’inscrit-il dans le cadre d’une politique de développement durable de La Réunion ?

Déjà, si l’on s’en tient aux reportages de nos confrères, on a la confirmation qu’il y bien deux mondes à La Réunion : le premier vient dépenser une partie de sa fortune dans cette foire commerciale, en achetant toujours plus de produits de luxe au bénéfice d’une partie du secteur économique, qui profite de cette sur-consommation ; le deuxième monde, lui, vient passer un moment au Parc pour « flâner dans les allées » ou « acheter quelques bricoles ».
Lorsque 52% des Réunionnais sont calés sous le seuil national de la pauvreté et que ceux-ci sont de plus en plus victimes de la crise (chômage en hausse, pouvoir d’achat en baisse), il n’est pas étonnant que « cette année, le salon a accueilli une foule de badauds mais finalement peu d’acheteurs ». Comment bâtir un développement durable dans une société non équitable ? Lé pa possib oté !

Un autre élément mérite réflexion : alors que l’État n’assume pas ses responsabilités légales en matière d’habitat et ne respecte pas le droit au logement des Réunionnais, sur quoi repose en partie le succès de certains commerçants ? Sur le crédit bancaire et donc sur l’endettement, avec tous les sur-profits de spéculateurs et autres nantis, qui gagnent de l’argent en dormant…
Or l’on sait parfaitement que ce système provoque une grave crise économique, financière et sociale à l’échelle du monde mais que le pouvoir continue à imposer ce modèle néfaste à La Réunion. Ce Salon — comme d’autres événement quotidiens — nous montre à quel point c’est un modèle injuste et sans perspectives.

L. B.


Kanalreunion.com