Edito

Une autre politique est possible

J.B. / 16 décembre 2014

Le lycée Pierre Lagourgue fête aujourd’hui ses 10 ans. Pierre Lagourgue est un ancien président de Région. C’est sous sa responsabilité que le plan de construction des lycées a été lancé. Il a été poursuivi par ses successeurs Camille Sudre, Margie Sudre et Paul Vergès puis stoppé par Didier Robert.

Situé à Trois-Mares, le lycée Pierre Lagourgue répond à la norme HQE, Haute qualité environnementale. Il est le second lycée de ce type inauguré à La Réunion, après le lycée Mahatma Gandhi de Saint-André. L’application de la norme HQE à La Réunion, c’est une recherche de l’adaptation maximale à la réalité climatique. C’est pourquoi ces établissements sont construits afin de tirer parti au mieux de la ventilation naturelle pour économiser l’énergie. Ils produisent aussi de l’électricité avec des cellules photovoltaïques. Ce sont donc des centrales qui alimentent le réseau électrique utilisé par tous les Réunionnais.

Le lycée Pierre Lagourgue était le second lycée d’une longue série. Chacun se souvient encore de l’inauguration du lycée de Saint-Paul IV, devant s’appeler lycée du 10 mai mais toujours pas baptisé depuis son inauguration en 2007. Chacun de ces équipements représente un investissement pour l’avenir de plusieurs dizaines de millions d’euros. Les lycées permettaient aussi aux jeunes Réunionnais, quel que soit leurs revenus, d’utiliser un ordinateur car tous sont informatisés. Mais en 2010, cette politique de développement a connu un coup d’arrêt.

En 2010, le lycée de Sainte-Anne est inauguré par un nouveau président de Région, lors d’une cérémonie à laquelle manifestement son prédécesseur, l’initiateur du projet, n’était pas invité. Et puis plus rien.
Personne ne peut croire qu’en 2010, les lycéens ont soudainement disparu de La Réunion. Les besoins d’équipement qui existaient avant le changement de majorité à la Région sont toujours présents. Ils se sont même amplifiés puisque rien n’a été fait depuis cette date.

La Région a choisi une autre politique : le clientélisme pour tenter de se faire réélire en bouchant les yeux des Réunionnais. C’est ainsi que depuis 2010, des bons de réduction de 500 euros ont été distribués pour acheter des ordinateurs. Ce gaspillage aurait permis de construire un lycée, avec les ordinateurs destinés aux élèves dedans. La Région a dépensé de quoi construire bien plus qu’un lycée pour donner des bons de réduction de 360 euros sur les billets d’avion à des personnes qui ont les moyens de voyager sans cette aide.
Combien d’emploi ses subventions ont-elles créé à La Réunion ? Il est clair que c’est beaucoup moins que la construction de deux lycées tous les 3 ans à La Réunion. Sans oublier que ces lycées sont des investissements qui restent au pays, et produisent de l’énergie.

Les 10 ans du lycée Pierre Lagourgue rappellent donc qu’une autre politique est possible. Cela suppose que La Réunion reprenne sa marche en avant et se libère d’un clientélisme qui ramène les Réunionnais 50 ans en arrière.


Kanalreunion.com