Edito

Une énième polémique puante…

Geoffroy Géraud-Legros / 14 avril 2011

“Médiapart” dévoilait hier des pressions exercées par l’Élysée en direction des grandes écoles pour qu’elles organisent des épreuves séparées pour les étudiants de confession israélite, certains concours devant se dérouler pendant la Pâques juive.
Voilà qui, en plein débat nauséabond sur la laïcité, alors que les responsables de l’UMP se retrouvent dans des grands hôtels pour imaginer des moyens de brimer les pratiquants musulmans, a des airs de mauvaise blague de premier avril. Pourtant, visiblement, c’est du sérieux. Et le meilleur est à venir : le système ubuesque bricolé par l’Élysée consiste à claquemurer les malheureux candidats aux concours pendant 8 heures, et à ne les laisser composer que la nuit venue.

Apportons une précision de taille : les lignes qui précèdent et celles qui suivent, comme du reste, l’ensemble de ce journal, ne s’adressent pas à ceux qui croient ou veulent faire croire que le président de la République serait l’agent d’une communauté, ou d’un groupe qu’il privilégierait par rapport à d’autres. Disons les choses plus clairement encore : il n’y a rien de plus nocif à la cause que nous défendons que ce mélange d’anti-sémitisme et d’anti-sarkozisme qui macule l’internet et a, malheureusement, pénétré certains esprits faibles. Tous les racismes sont liés, ne serait-ce que par leur genèse même : le Code noir, qui énonçait que les esclaves n’étaient que des biens meubles, s’ouvrait par des mesures anti-juives. La France de Vichy comme l’Allemagne nazie étaient autant obsédées par le fantasme de la « négrification » que par l’antisémitisme qui constituait leur socle idéologique. Et il faut être un sacré imbécile pour s’imaginer que ceux qui, aujourd’hui, déportent les Roms, remplissent les charters d’Africains du Nord et de l’Ouest et traquent la viande hallal voudraient, dans le même temps, le plus grand bien aux Juifs.

Les références à une « identité judéo-chrétienne » fantasmée contre une « islamisation » qui l’est tout autant montent aujourd’hui aussi bien des rangs du FN que de la droite « ultra » traditionnelle qui domine l’UMP. Mais ne nous y trompons pas : elles ne sont que les nouveaux habits idéologiques qui voilent la permanence d’un racisme fondamental, voué à confondre dans la même haine tous ceux qu’il juge étrangers à la pureté imaginaire de la Nation.

La judéophilie affichée depuis peu par tout ce que la France compte de réactionnaires et de fascistes n’a qu’un but : attiser encore les rancoeurs, les haines et les conflits entre des citoyens de confessions différentes, que l’on s’évertue dans le même temps à enfermer dans le carcan identitaire des « communautés ». C’est probablement là l’objectif visé par la révélation — qui émanerait d’un mystérieux « haut fonctionnaire » — de ce forcing élyséen auprès des grands établissements : susciter une énième polémique puante, afin de diviser encore un peu plus les citoyens… et de détourner leur attention de la gigantesque entreprise de démolition de leurs acquis et du pillage des biens collectifs qui se déroulent sous leurs yeux.

G.G.-L.


Kanalreunion.com