Edito

Une leçon pour Michel Vergoz

J.B. / 3 novembre 2012

«  Quand on est de gauche, on vote avec la gauche, pas avec l’UMP  » , auraient déclaré en chœur Guillaume Bachelay et Bruno Le Roux, deux dirigeants du Parti socialiste français. Ils réagissaient au rejet par les sénateurs PC de la proposition de loi sur la tarification progressive de l’énergie et de celle relative à la programmation des finances publiques. Il s’est trouvé une majorité de sénateurs pour aller dans le même sens.

Cela aura peu d’effet sur le résultat final, car le PSF dispose de tous les pouvoirs lui permettant de faire passer le projet de loi sans problème. Il n’y aura donc aucun risque que la majorité gouvernementale change de camps et passe à l’UMP. Par contre, cette déclaration des deux dirigeants socialistes nous ramène aux élections régionales de 2010.

Il y a 2 ans, la liste de l’Alliance était sortie vainqueur du premier tour avec 30% des voix. La liste de la fédération socialiste avait obtenu 13%. Malgré la consigne de vote nationale de ne pas contrecarrer la victoire de la liste de gauche la mieux placée, les dirigeants socialistes locaux ont préféré maintenir leur liste et faire échouer la majorité sortante. L’UMP était battu quasiment partout en France. Le parti de Sarkozy engrangea une victoire inespérée. Le jour de l’installation du nouveau président, la tête de liste socialiste, Michel Vergoz, a demandé de bousculer le protocole pour lui permettre de lire une déclaration félicitant le représentant de l’UMP.

Son forfait accompli, le PS lui accorda une gratification en le faisant élire sénateur ! Il siège actuellement aux côtés de Bruno Le Roux qui est son président de groupe, dans la Haute Assemblée. Puisqu’ils doivent se croiser souvent, il serait juste qu’il rappelle à Vergoz : «  Quand on est de gauche, on vote avec la gauche, pas avec l’UMP  ».

S’il n’y a aucun risque de basculement de majorité au Sénat, ce n’était pas le cas aux régionales de 2010. Le maintien de la liste au 2ème tour était froidement calculé pour faire échec à la majorité sortante. Aujourd’hui, c’est la population qui paye les conséquences de l’attitude de la tête de liste PS, soutenue par toute la fédération ! La leçon de l’histoire : le dirigeant de l’UMP a mis tous les projets par terre et la population souffre du manque d’emploi.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • d’accord avec vous pour juger l’attidude de Vergoz scandaleuse : permettre l’élection de Didier Robert l’ UMP !!! mais voil, le PCR a soutenu Hollande et le PS lors des dernières élections, les Français dont une grosse majorité de Runionnais ont voté dans ce sens, et voilà le rsultat ! la majorité des électeurs ont voté pour un changement radical de politique, surtout à gauche, et qu’a fait Hollande et le PS ?? poursuivre la politique de rigueur de Sarkozy !! des cadeaux aux MEDEF, et à Merkel !! il y avait un seul parti vraiment de gauche s’était le Front de Gauche ! maintenant il est trop tard, le mal est fait !! je pense que mon commentaire ne sera pas divulgué,cela ne serait pas la première fois qu’un de mes commentaire n’apparait pas quand il contrarie les " modérateurs " merci.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com