Edito

Une reconnaissance d’un travail communiste

J.B. / 2 octobre 2017

JPEG - 13.7 ko

À partir de 1971, date de l’élection de Paul Vergès à la tête de la municipalité, la commune avait mis en œuvre une politique qui a permis de développer le secteur de la santé. Elle abrite depuis plusieurs cliniques réputées.

Hier, la ministre de la Santé est arrivée pour une visite de trois jours à La Réunion entrecoupée d’un séjour à Mayotte. Pour sa première journée, Agnès Buzyn a passé un moment au Port. Cette séquence marque la reconnaissance d’un travail mené par les prédécesseurs de la direction actuelle de la commune.

Quand les communistes arrivent à la direction du Port en 1971, la ville abrite notamment le plus grand bidonville de La Réunion, à Cœur Saignant. Juste à côté se trouve l’Oasis, lieu de détente prisé par la bourgeoisie réunionnaise, qui disposait notamment de l’eau courante.

De nombreuses choses étaient à construire. Elles le furent en suivant un plan directeur décidé dès la première année du mandat de la municipalité communiste. Cette délibération a anticipé la croissance de la population, tout en améliorant considérablement les conditions de vie. Elle a aussi créé les conditions pour que Le Port devienne un pôle d’excellence dans le domaine de la santé à La Réunion.

En se rendant hier au Port pour participer à une rencontre avec les représentants des professionnels de santé de La Réunion, puis pour visiter une clinique, la ministre de la Santé a donc salué le travail des communistes du Port qui dirigeaient la commune.

J.B.