Edito

Urgence : Sortir du bourbier Afghan !

Témoignages.re / 5 septembre 2009

Le 25 août, nous écrivions « Afghanistan, le Massacre des Innocents ». « Il y a eu des guerres où l’on a sacrifié des milliers de jeunes vies généreuses en sachant, dès le départ, que ces sacrifices seraient vains.
 Et nous ne pouvons taire notre colère face à l’inanité de cette guerre en Afghanistan qui n’ose dire son nom. […] cette guerre n’a atteint aucun des buts que les États-Unis lui avaient assignés ».
Onze jours à peine se sont écoulés et voilà qu’une nouvelle fois, La Réunion est endeuillée par la perte de l’un de ses enfants.
Comment ne pas se porter aux côtés de cette famille qui espérait tant le retour qui de son fils, de son mari, de son père ? Comment ne pas ressentir, toujours plus forte, cette colère face à l’inanité de cette aventure guerrière dont tout le monde sait qu’il est impossible d’en sortir vainqueurs.
Dans toute l’histoire de l’Afghanistan, jamais ce pays n’a pu être soumis bien longtemps. De Cyrus en passant par Alexandre le Grand, les Scythes, les Huns, les Arabes, les Turcs, etc., jusqu’aux Anglais puis les Russes et les Soviétiques, tous les occupants ont toujours été contraints à des retraites humiliantes. Depuis des siècles, les Afghans dont le pays est un nœud de communications, ont été confrontés aux appétits des grandes puissances. Depuis des siècles, la lutte militaire pour leur souveraineté fait partie de leur patrimoine culturel. Toujours ils ont triomphé.
Mais la rage qui monte en nous devant ces vies inutilement sacrifiées s’exprime également contre les mensonges d’État dont nous sommes abreuvés tous les jours. Et c’est la presse de révérence de La Réunion, des journalistes qui professent leur réunionnité, qui se font complices de cette vaste et meurtrière supercherie.
Nous sommes là-bas — officiellement — pour combattre le terrorisme et assécher ses ressources financières.
Or, en 2004, la culture du pavot occupait 30.000 hectares. En 2008, ce sont 105.000 hectares — tous en région pachtoune — qui fournissent 92% de la production mondiale d’opium. La veille de la mort de notre jeune soldat, le 3 septembre, l’ONU publiait un communiqué se félicitant que les superficies cultivées en pavot ne représentent “plus que” 123.000 hectares1 ! L’ONU s’inquiète : « des stocks d’opium à hauteur de 10.000 tonnes ; suffisamment pour satisfaire deux ans de demande sous la forme d’héroïne ou trois ans de prescriptions de morphine existent quelque part. “Où sont-ils ? Qui les garde ? Et pourquoi ?”, s’interroge l’ONU. “Les agences de renseignement devraient désamorcer la bombe des stocks d’opium, avant qu’elle ne devienne la source de graves scénarios” ».
Nos jeunes sont là-bas pour, officiellement, aider à l’émergence d’une démocratie conduite par Hamid Karzaï, lequel — dans les faits —partage le pouvoir avec des chefs de guerre dont Gulbuddin Hekmatyar2 qui a revendiqué la responsabilité de l’embuscade de Surobi du 18 août 2008 dans laquelle sont tombés 10 soldats français3.
La drogue, les chefs de guerre tuant nos soldats avec la bénédiction de Hamid Karzaï dont nos soldats protègent le pouvoir, voilà à quoi nous servons là-bas !
En réalité, ce qui motive la présence d’une coalition massivement occidentale, ce sont les richesses du sous-sol afghan : gisements d’hydrocarbures, charbon, l’une des plus importantes réserves mondiales de cuivre dont la Chine vient d’obtenir les droits d’exploitation pour 30 ans au nez et à la barbe des États-uniens et des Canadiens moyennant un “chèque” de 3 milliards de dollars et enfin, pierres précieuses (émeraudes) et semi-précieuses ainsi que de l’or, ces ressources donnant lieu, tout comme la drogue, à de juteux trafics.
Voilà ce que nos soldats protègent là-bas. Alors, STOP ! De toute urgence, nous devons exiger que soit ordonné le retrait de nos enfants de ce “bourbier”. Cette guerre n’est pas la nôtre ! Elle a été entreprise au bluff4 par G.W. Bush. Un bluff mortel. Vite, sortons d’Afghanistan, la guerre que nous y menons nous déshonore !

Jean Saint-Marc

1 – La superficie totale de La Réunion compte 251.200 ha. La SAU de La Réunion compte 45 459 ha.
2 – 12 gouverneurs sur 34 et 6 ministres appartiennent au Hezb-e-Islami, le parti de Hekmatyar.
3 – 10 soldats au nombre desquels le jeune Anthony Rivière.
4 – Pour s’en convaincre, rendez-vous le 9 septembre devant vos écrans de télé. Tempo (20 h) et Canal+ (22h05) nous entretiendront des zones d’ombre entourant l’attaque des Twin-Towers prétexte à l’agression contre l’Afghanistan.


Kanalreunion.com