Edito

USA et UE : vers le plus grand marché bilatéral ?

J.B. / 15 février 2013

Dans son intervention sur l’état de l’Union, Barack Obama entame son 2e mandat en fixant des objectifs ambitieux à son pays, conformément à son discours d’investiture. Hier, "Témoignages" a évoqué son engagement en faveur de la lutte contre les effets du changement climatique, notamment le volet transition énergétique qu’il a présenté comme un axe stratégique de développement. Nous avons fait le parallèle avec les préoccupations de l’Alliance et son programme d’autonomie énergétique qui a été cassé par l’actuelle majorité régionale.

Un autre point important devrait retenir notre attention. Il s’agit de la réalisation d’une zone de libre-échange entre les deux rives de l’Atlantique. Du côté européen, la direction de l’Union est euphorique et parle déjà d’un accord « historique » entre les 2 géants économiques mondiaux. Ce qui, d’après eux, relancera les discussions sur le libre échange mondial dont la discussion est actuellement bloquée.

Cependant, de nombreux obstacles attendent les négociateurs, car les répercussions sur l’agriculture européenne seront énormes. Les OGM, les droits sur les semences, la traçabilité, etc. seront à surveiller. Il n’y a qu’à voir comment la « banane dollar » a ruiné la « banane antillaise » pour se rendre compte qu’on ne badine avec les règles du libéralisme économique. Cet accord ultra-libéral concernera un marché de 800 millions de consommateurs qui a réalisé, en 2012, un volume d’échanges commerciaux pour 645,9 milliards de dollars.

Confrontés à un besoin de croissance, les dirigeants européens José Barroso et Herman Van Rompuy se sont félicités de cette proposition américaine qui pourrait donner naissance à un géant qui représente déjà 47% de la richesse mondiale ; ce qui permettra aux protagonistes de reprendre la main face aux 2 géants émergents : la Chine et l’Inde.

Cela n’a échappé à personne que cette annonce intervient au moment où le monde entier annonce l’accession de la Chine à la place de première puissance commerciale mondiale, reléguant les États-Unis au 2è rang. Jamais les États-Unis ne vont se laisser dépasser sans réagir. Barack Obama a bien laissé entendre qu’il s’est libéré de l’Afghanistan... sous-entendu pour déployer ses forces ailleurs.

USA et UE : c’est une tentative de recréer l’ancienne direction du monde d’avant 2001, en invoquant le spectre d’une invasion économique chinoise.

J.B.


Kanalreunion.com