Edito

Utilisons les 40000 contrats d’avenir subventionnés à 90% pour créer les 2 grands services

J.B. / 8 septembre 2014

François Hollande est venu. Il a beaucoup parlé. La population a retenu une seule annonce : 40.000 contrats d’avenir subventionnés à 90%. Pour des dizaines de milliers de demandeurs d’emplois, l’heure est venue de tenter sa chance car il n’y en aura pas pour tout le monde. En tant que Président de la République, sa parole est considérée comme bénie. Il a pris un soin particulier à cibler les maires comme opérateur direct. Et, les chômeurs n’ont pas tardé à réagir.

C’est Saint-Denis qui a ouvert le bal de la revendication publique. Des jeunes sont venus s’inscrire dans des mairies annexes. Il s’en est suivi des chahuts. Un représentant du maire est venu répondre aux personnes qui occupaient la mairie annexe du Chaudron. Le calme est revenu, mais pour combien de temps ? La mairie se tourne vers Pôle emploi et souligne que « le maire ne fait pas de miracle ».

Ensuite, c’est à Saint-Paul que le Maire en personne a dû affronter un groupe de gens particulièrement remontés car, depuis les élections, ils n’ont pas encore été embauchés. Cela s’est passé à Fleurimont, l’endroit où la précédente municipalité a connu les mêmes déboires. Par la suite, la mairie annexe a été incendiée. Cette fois, un individu s’est aspergé d’essence afin de montrer sa détermination à se faire respecter.

Ces 2 évènements se sont produits dans les 2 plus « grandes » communes de La Réunion. Elles font parties des 44 communes françaises comprenant plus de 100.000 habitants. Mais, si en France, le taux de chômage tourne autour de 10%, ici, c’est 30%. Il est normal qu’à la suite de l’annonce phare du président socialiste, les chômeurs vont accentuer la pression. Les maires ne sont pas au bout de leurs peines. La tendance qu’ils ont de renvoyer la patate chaude sur Pôle Emploi va se retourner contre eux. Car, jamais, on a vu une telle démission des élus devant leur responsabilité.

Ceux et celles qui ont fait diversion en s’attaquant au PCR au lieu de s’attaquer au chômage ont perdu toute crédibilité. Depuis des années, le PCR demande que chaque parti, chaque élu, pose sur la table ses propositions. Non seulement c’est silence radio, mais en plus, ils sont aidés par les médias à gesticuler à longueur d’antenne pour brasser du vide.

Le PCR a demandé au gouvernement d’expertiser ses propositions concrètes. Le travail est déjà mâché. Qui s’oppose ? Pourtant, on aurait pu utiliser les 40.000 contrats d’avenir à 90% de subvention proposés par Hollande pour amorcer la création des 2 grands services publics d’emplois durables que propose le PCR ! Utilisons l’argent de l’Etat pour structurer de vrais services. Un service dans l’Environnement et un autre dans l’Aide à la personne doivent viser à terme 50 à 60.000 solutions d’emploi pérennes. Qu’est-ce qu’on attend ? Qu’il y ait des morts pour ensuite verser des larmes de crocodiles ?


Kanalreunion.com