Edito

Valls et Macron n’ont-ils pas déjà franchi « le Rubicon » ?

J.B. / 25 octobre 2014

La semaine se termine et nos lecteurs peuvent constater que les médias se trompent sur Didier Robert et que par conséquent ils finissent par tromper l’opinion. Il n’est pas le seul, hélas. Ces jours derniers, les illustrations ne manquent pas. Thierry Robert et Huguette Bello sont bien placés.

Prenez le cas de la manif devant la préfecture. Didier Robert n’a eu que le quart de ce qu’il projetait, c’est à dire 2500 sur 10 000 prévus. Au regard du nombre d’organisateurs qui ont appelé au renfort, c’est un échec de la mobilisation. Pourtant, des bus ont été commandés, mais du monde, il n’y en avait pas. Pourquoi tant de vantardise, alors ? Où sont les 70 000 bénéficiaires dont se vante le président-guichetier de la continuité territoriale ? Touché dans son ego, il remet une couche, le 9 novembre, à Saint Paul, cette fois. La ville sous-préfecture lui réussira-t-elle mieux que la capitale ? Pourquoi Saint-Paul ?

Une des hypothèses serait pour permettre au Député-Maire de Saint Leu, Thierry Robert, de réaliser un apport supplémentaire de manifestants. La proximité géographique de Saint Leu avec la ville d’accueil lui interdit d’y participer seul, lui qui a crédibilisé l’opération de Didier Robert par sa présence et ses communiqués de soutien. La dernière en date est une lettre publique dans laquelle il propose ses services au Président de Région pour ce combat unitaire. Il n’y a pas bien longtemps, les médias rapportaient qu’il voulait déloger le « ticoq » de son poulailler inversé. Mais maintenant qu’il veut lui partager son pupitre, pourquoi les médias n’éclairent-ils pas l’opinion sur ces nouvelles cohérences ?

Et, il y a le cas de Huguette Bello. Elle s’est inscrite au groupe communiste à l’assemblée nationale. Il y avait bien une raison. Mais, lors de l’examen du budget, tout le groupe vote CONTRE les propositions du gouvernement… sauf, Huguette Bello qui s’abstient. Question de laisser passer le projet de loi controversé. Pourquoi n’expose-t-elle pas aux Réunionnais les raisons de ce vote ? Apparemment, elle attendait de savoir quand le gouvernement va sauter « le Rubicon ». Elle disait récemment qu’elle voyait des avancées dans le grand oral de Valls, susceptible de recevoir (encore) sa confiance. Là, le projet de budget s’attaque aux acquis de la famille, et Macron se fend en déclarations libérales décomplexées. Aucune réaction qui aurait pu alimenter ses thèses sur la conception de la gauche chère à Macron ! Les propos de Valls sur la « gauche passéiste » ou l’obsolescence du Parti Socialiste n’ont pas réussi à ébranler la conviction de Bello sur sa définition de la gauche et sur le franchissement du « Rubicon » par le gouvernement.

Voilà pourquoi les médias devraient être plus intransigeants vis-à-vis des créatures qu’ils ont eux-mêmes créé.


Kanalreunion.com