Edito

Vive le partenariat institutionnel !

LB / 2 décembre 2009

Dans le cadre du partenariat entre la Région Réunion et l’État, une solution importante et partagée a été trouvée depuis plus de deux ans au grave problème des déplacements dans notre île. Cette solution s’inscrit non seulement dans le cadre d’une politique globale et cohérente pour le développement durable mais encore elle est semblable à celle qui est mise en œuvre dans de nombreuses régions en France et dans le monde : le tram-train.
Un accord a été signé à Matignon en 2007 pour financer ce projet et depuis cette date, les services de l’État et de la Région n’ont cessé de travailler main dans la main et avec les autres partenaires (Union européenne, groupement privé) pour le finaliser et l’adapter aux nouveaux paramètres techniques, financiers etc. Ce travail partenarial a eu des résultats exceptionnels sur le plan des délais et des coûts, au point de recevoir un Prix international.

Comme il restait un problème à régler (celui de la dotation ferroviaire de l’État à La Réunion comme aux autres régions françaises), certains politiciens y ont vu une opportunité pour régler des comptes électoralistes, en faisant croire qu’il s’agit d’un "projet Vergès". Du coup, ils ont menti aux Réunionnais et les ont trahis, tout en cherchant à poignarder le partenariat institutionnel.
La lettre envoyée lundi soir par le Premier ministre au président de la Région sur le tram-train sauve ce partenariat et met en cause l’attitude de ces politiciens à l’égard de leur parti comme du gouvernement. En fait, ils utilisent leur étiquette UMP non pas pour défendre des projets gouvernementaux mais pour les dénoncer dès que la Région en est partenaire.

La lettre de François Fillon clarifie la situation dans cette période de relance face à la crise et elle renvoie les adversaires du tram-train à leur sectarisme. Elle s’inscrit dans les engagements du président de la République, le 6 novembre à l’Élysée, en faveur du respect, de la confiance et de l’égalité entre la métropole et les Outre-mer.
Face aux problèmes cruciaux à régler, les Réunionnais ne veulent plus se faire piéger par certaines mœurs honteuses et désastreuses du passé. Et l’immense majorité d’entre eux, quelles que soient leurs opinions, disent aujourd’hui dans l’union : vive le partenariat institutionnel !

L. B.


Kanalreunion.com