Santé

193 cas de dengue à La Réunion

9 nouveaux cas déclarés la semaine dernière

Témoignages.re / 25 mai 2016

Au cours de la semaine dernière (soit du 16 au 22 mai), 9 nouveaux cas autochtones de dengue ont été identifiés à La Réunion. Le nombre de cas est donc en légère diminution, ce qui pourrait témoigner d’un début de diminution de la circulation virale. Neanmoins, un début de circulation virale a été mis en évidence dans trois nouvelles communes : Saint-Paul, Saint-Denis et les Avirons. Cependant, cette tendance doit être interprétée avec précaution et confirmée au cours des semaines à venir.

JPEG - 32.2 ko

La dengue est une maladie transmise par les moustiques. Depuis fin 2015, 193 cas autochtones de dengue ont été confirmés à La Réunion. Malgré une légère tendance à la baisse devant être confirmée dans les semaines à venir, le virus de la dengue continue à circuler de manière active dans l’île. Par ailleurs, un début de circulation virale a été mis en évidence dans trois nouvelles communes : Saint-Paul, Saint-Denis et les Avirons. Pour éviter la survenue d’une épidémie sur le territoire, l’ARS Océan Indien appelle tous les habitants à se mobiliser aux côtés des acteurs publics et associatifs. 

Si la circulation virale semble commencer à diminuer dans les foyers de circulation déjà connus (Saint-Louis, Saint-Leu, Saint-Pierre, Saint-Joseph et le Tampon), à l’inverse, un début de circulation virale a été mis en évidence dans trois nouvelles communes :

Saint-Paul :

3 cas ayant fréquenté un même secteur à proximité du centre-ville ont été identifiés.

Aux Avirons :

un nouveau cas est survenu dans un secteur où un début de circulation virale était suspectée.

Saint-Denis :

3 cas ont été identifiés dans le quartier de la Bretagne.

Le virus continue à circuler de manière active dans l’île. Au total, depuis la mise en évidence d’une circulation virale fin 2015, 193 cas autochtones de dengue ont été identifiés.

Etant donné que les patients infectés par le virus de la dengue ne donnent pas systématiquement lieu à une consultation médicale et/ou une confirmation biologique, le nombre réel de cas dans l’île est probablement largement plus élevé.

Face à cette situation, depuis le 4 mai 2016, l’ARS Océan Indien a décidé d’activer le niveau 2B du plan Orsec de lutte contre les arboviroses (« Intensification de la circulation virale autochtone et risque d’évolution vers une épidémie »).


Kanalreunion.com