Santé

2,2 millions d’enfants tués par an

Le manque d’eau potable et d’assainissement

Sophie Périabe / 23 avril 2010

L’eau et l’assainissement doivent être considérés comme des priorités, affirment l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance à l’occasion de la publication mercredi d’un rapport annuel sur la situation globale dans ce domaine.

« Négliger l’assainissement et l’eau potable est une attaque contre le progrès. Sans cela, les communautés et les pays vont perdre la bataille de la lutte contre la pauvreté et les maladies », a dit la directrice du département Santé publique et Environnement de l’OMS, Maria Neira.
Entre 1997 et 2008, l’aide destinée à l’eau et l’assainissement est passée de 8 à 5% du montant global de l’aide, derrière la santé, l’éducation, le transport, l’énergie et l’agriculture, indique le rapport.

« L’eau insalubre, l’assainissement inapproprié et le manque d’hygiène sont les causes de décès d’environ 2,2 millions d’enfants de moins de 5 ans dans le monde chaque année. Parmi ces décès, 1,5 million sont dus à la diarrhée », a dit Mme Neira. « L’impact de la diarrhée est supérieure à l’impact combiné du Sida, du paludisme et de la tuberculose sur les enfants de moins de 15 ans », a-t-elle ajouté.

L’amélioration de l’accès à l’eau et des infrastructures d’assainissement sont bénéfiques pour l’économie, note le rapport. On estime que chaque dollar investi peut rapporter jusqu’à 3 à 4 dollars et augmenter le Produit intérieur brut (PIB) des pays de 2 à 7%.

Les conclusions du rapport seront présentées à la prochaine rencontre de haut niveau consacrée à l’assainissement et à l’eau potable qui va se tenir à Washington, aux États-Unis, le 23 avril 2010 et qui réunira les gouvernements, les donateurs, les agences multilatérales et la société civile.

« Cette rencontre de haut niveau est un moment critique dans notre secteur », a dit la responsable de l’UNICEF chargée des questions d’eau et d’assainissement, Clarissa Brocklehurst. « Nous croyons fermement que donner la priorité à l’eau et l’assainissement va aider au développement et donner de nouveaux espoirs aux pays qui ne parviennent pas à fournir ces services essentiels aux populations les plus pauvres, y compris les enfants vulnérables », a-t-elle conclu.


Kanalreunion.com