Santé

A La Réunion, « l’épidémie est contenue »

Catherine Gaud, présidente de RIVE

Céline Tabou / 4 décembre 2012

Le 1er décembre lors de la Journée internationale de lutte contre le Sida, le nouveau rapport des Nations unies a montré une « accélération sans précédent de la riposte au Sida » qui « génère des résultats au profit des personnes ».

Au lendemain de l’inauguration du “Jardin d’Adrien” à l’Espace RIVE au CHU de Bellepierre, Catherine Gaud est revenue sur la situation de la maladie à La Réunion. Cette dernière a également rappelé que le “Jardin d’Adrien”, nom du patient qui a fondé l’association RIVE en 1994, est «  un exemple de travail commun entre une association de patients et un hôpital » .

D’après la présidente de la Coordination régionale de lutte contre l’infection due au virus de l’immuno-déficience humaine (COREVIH), cet espace se traduit par «  plus de représentation des représentants des usagers dans un service de soins », mais également «  un accueil mixte entre associatif et professionnel  ».

La présidente de COREVIH a indiqué que «  ce lien existe depuis plus de 15 ans entre le CHU et l’association  ».

De plus en plus de patients traités

A La Réunion, « l’épidémie est contenue, mais l’augmentation du nombre de cas diagnostiqués par an est stable, pas en diminution », a expliqué Catherine Gaud. D’après le rapport de la coordination, la majeure partie des personnes atteintes du Sida sont hétérosexuelles «  avec une sur-représentation chez les homosexuels, quelques enfants infectés, tous originaires de la zone  ». Sur les 770 patients diagnostiqués VIH, seuls 230 ont le Sida.

Selon le COREVIH, 770 patients sont suivis au Centre hospitalier universitaire de La Réunion, dont 510 au Nord et 260 dans le Sud. La personne atteinte la plus jeune à 5 mois et la plus âgée 85 ans, ce sont en grande partie les hommes qui sont concernés avec 542 contre 228 femmes. Ce chiffre est en hausse comparé à 2005, où 436 hommes étaient atteints contre 182 femmes.

En 2005, le COREVIH dénombrait 11 décès, contre 6 en 2012. Cette évolution est due en grande partie à une meilleure prise en charge des patients et au traitement antirétroviral qui « s’est imposé comme un outil efficace pour sauver des vies », ont indiqué les Nations unies. En effet, globalement, sur les 24 derniers mois, « le nombre de personnes ayant accès à un traitement antirétroviral a augmenté de 63% au niveau mondial ».

Une prise en charge diminuant les décès

A La Réunion, les décès sont dus aux cancers de la vulve et du poumon (2 personnes), aux lymphomes (2 personnes) et au suicide chez un patient avec une pathologie psychiatrique non reliée (1) et une cause inconnue, car la personne est décédée à l’étranger. La tranche d’âges la plus touchée concerne les 20-30 ans, ce qui met en évidence la nécessité des dépistages et de leur efficacité, car plus un patient est diagnostiqué tôt, plus il aura de possibilités de se soigner et de ne pas atteindre le stade Sida.

En 2012, 36 nouveaux patients VIH ont été découverts, dont 8 au stade Sida, et seuls 14 patients ont été diagnostiqués ou sont passés au stade Sida.

Pour conclure, le rapport de COREVIH note que la prise en charge des patients s’est élargie avec des pathologies du vieillissement (diabète, hypertension, cardiopathie, insuffisance rénale, Alzheimer, ostéoporose), la mise au traitement par antiviraux pour la prévention de la contamination des partenaires, l’amélioration du frottis vaginal de PAP, la création de groupes de paroles dédiés aux personnes atteintes et leurs proches, et la mise en place d’une consultation de sexologie.

Céline Tabou

Questions à Catherine Gaud

Le rapport de l’ONUSIDA montre une tendance à une diminution des infections, ce phénomène est-il observé à La Réunion ? 

— A La Réunion, l’épidémie est contenue, mais l’augmentation du nombre de cas diagnostiqués par an est stable, pas en diminution.

L’ouverture du “Jardin d’Adrien” montre-t-elle une évolution du regard de la société réunionnaise sur la maladie ? 
Le jardin d’Adrien”, c’est un exemple de travail commun entre une association de patients et d’un hôpital : plus de représentation des représentants des usagers dans un service de soins, un accueil mixte : associatif et professionnel. Ce lien existe de puis plus de 15 ans entre le CHU et l’association.


Kanalreunion.com